Wednesday, October 14, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Une organisation sociale préoccupée par la situation des droits humains en Haïti durant la pandémie covid-19

L’organisation des droits de l’homme a également mis en garde contre la situation dans les prisons, qui fonctionnent à 358…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at May 7, 2020 Tags: , , ,

img

L’organisation des droits de l’homme a également mis en garde contre la situation dans les prisons, qui fonctionnent à 358 % de leur capacité, et contre les conditions de vie « sous-humaines et dégradantes » des détenus, qui les rendent plus vulnérables aux maladies.

Mercredi 6 mai 2020 ((rezonodwes.com))–Les organisations sociales haïtiennes expriment leur inquiétude face à la situation des droits humains en Haïti, surtout à un moment où le Covid-19 a déjà fait plus d’une centaine de cas confirmés.

Le Réseau national de défense des droits humains en Haïti (Rnddh) a souligné que l’État n’a pas fait tout son possible pour protéger la population dans certaines zones, alors que plusieurs hôpitaux, notamment régionaux, ne sont pas en mesure de faire face à la pandémie.

L’organisation a analysé une douzaine d’établissements de santé dans le pays, et a révélé que dans cinq d’entre eux seulement, le personnel médical dispose d’équipements de protection.

« Dans une situation normale, deux cents lits sont largement insuffisants pour un système de santé censé desservir une population de plus de 11 millions de personnes », a déclaré le Rnddh, faisant référence à la disponibilité des établissements de santé pour lutter contre la pandémie.

Compte tenu des pertes en vies humaines enregistrées dans d’autres pays, il est difficile pour le système de santé haïtien d’affronter à une telle pandémie, a déclaré Pierre Espérance.

Il a également noté que dans les marchés publics et dans les transports en commun, les risques de propagation du Covid-19 sont très élevés et que, jusqu’à présent, les mesures visant à réglementer son fonctionnement sont disparates.

Situation catastrophique dans les prisons

Craignant le pire des scénarios, le gouvernement a commencé à décongestionner les prisons en mars dernier, ce qui a profité à environ 500 détenus, selon le ministère public. Le principal problème est la détention préventive prolongée, qui touche aussi bien les enfants que les adultes.

Il est important de souligner que des experts s’accordent à dire que la maladie n’en est qu’à ses débuts en Haïti, mais le manque de perception des risques et la faiblesse des mesures sanitaires sont des obstacles à son endiguement.

%d bloggers like this: