Saturday, November 21, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Un juge accorde 5 jours au président du Salvador pour communiquer les dossiers d’un massacre perpétré par l’armée en 1981

Tweet Quand est-ce que les Haïtiens vont pouvoir finalement forcer leur président pseudo-démocrate Jovenel Moise, qui parle parfois pour ne…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at October 24, 2020 Tags: , , ,

img

Quand est-ce que les Haïtiens vont pouvoir finalement forcer leur président pseudo-démocrate Jovenel Moise, qui parle parfois pour ne rien dire, comme c’est le cas samedi matin pour se contredire, de laisser à la « justice » le soin de faire son cours en venant à l’organisation des procès sur les massacres de la Saline, Pont-Rouge, Bel-Air, Petro Caribe…et l’un des plus urgents encore, l’arrestation des auteurs intellectuels de l’assassinat de Me. Dorval.

Au Salvador, selon la Commission Vérité des Nations Unies, le bataillon Atlacatl a tué un millier de civils à El Mozote et dans ses environs lors d’une opération dirigée par le lieutenant-colonel Domingo Monterrosa.

en Haïti, il n'existe pas un seul juge capable de faire une telle exigence à un tout-puissant président comme Jovenel Moise dont le nom est cité dans différentes combines sales et affaires louches.

Samedi 24 octobre 2020 ((rezonodwes.com))–Le juge chargé de l’enquête sur le massacre de 1981 au Salvador a ordonné aujourd’hui au président Nayib Bukele de remettre en moins de cinq jours les dossiers qu’il aurait déclassifiés.

Le juge Jorge Guzmán, du tribunal de San Francisco Gotera, a donné à Bukele ce délai pour remettre les documents en sa possession concernant le massacre d’El Mozote et des cantons environnants, perpétré par les forces armées salvadoriennes.

Fin septembre, M. Bukele a déclaré que tous les documents de l’affaire avaient été détruits au cours des 40 dernières années et qu’il ne restait que cinq boîtes, mais un mois plus tard, elles n’ont toujours pas été remises aux tribunaux pour vérification.

L’armée, avec l’accord de Bukele, a empêché Guzmán et une équipe d’experts judiciaires d’accéder aux archives de diverses unités militaires pour recueillir des informations sur les circonstances du massacre.

%d bloggers like this: