Wednesday, October 14, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Selon le président de l’AHE, Eddy Labossière,” l’avis de la BRH est un pas dans la bonne direction”

Pour le président de l’Association Haïtienne des Economistes ,Eddy Labossière, la décision de la BRH relative aux transferts d’argent est…

By juno7 , in ACTUALITÉS , at June 22, 2020 Tags: , , ,

img

Pour le président de l’Association Haïtienne des Economistes ,Eddy Labossière, la décision de la BRH relative aux transferts d’argent est un pas dans la bonne direction”.

Les réactions affluent après la décision annoncée via une circulaire de la Banque de la République d’Haïti, concernant le paiement du système des transferts internationaux.
Dans ce débat, le Dr Eddy Labossière, Président de l’Association Haïtienne des Économistes (AHE), donne sa lecture de cette circulaire qui suscite moult réactions.

Dans une réflexion partagée avec la rédaction de Juno7, le Dr Labossière estime que la BRH vient de faire un pas dans la bonne direction. Toutefois, il croit que ce pas doit être supporté par des mesures d’accompagnement.

Pour étayer sa thèse, l’économiste Labossière pense qu’il faut d’abord éviter les effets pervers de cette mesure de politique monétaire, car, souligne-t-il, les gens qui reçoivent des petits transferts de 50$, de 100$ et même de 200$ et qui n’ont pas un compte bancaire en dollar Américain peuvent se sentir lésés.

Comme mesure d’accompagnement, il juge important que la BRH prenne le contrôle du marché de change dollar/gourde pour appliquer d’autres mesures. Il a cité en exemple, le changement de la méthodologie pour calculer le taux de référence de la BRH. Ce dernier, indique l’économiste, doit être le résultat du jeu de l’offre et de la demande de dollar américain du marché en Haïti. “Pas un taux moyen de ceux affichés par les Banques privées”,tranche-t-il.

De l’avis des autorités monétaires, les transferts, s’ils sont déposés sur un compte bancaire seront en dollars. Ils seront payés en gourdes au taux de référence de la BRH si le bénéficiaire se présente à une agence, bureau de transfert. L’application de cette disposition de la circulaire va éviter que les intérêts du bénéficiaire de transferts soient lésés, parce que la pratique de payer les transferts à des taux très en-dessous du taux de référence était très répandue. Elles en veulent pour preuve les bénéficiaires de transferts dans la Grande Anse et dans le Nord-Ouest à qui on fait des abus répétés et systématiques.

Ces deux nouveaux instruments de régularisation des maisons de transferts sont destinés aussi à prévenir contre les risques de blanchiment d’argent. Les estimations prouvent qu’une bonne partie de l’offre de dollars est restée en dehors du cadre formel, hors de contrôle de la BRH avec tout ce que ca comporte comme risque en termes de blanchiment d’argent. Beaucoup de sous- agents, ceux-là mêmes qui devraient payer les transferts en dollars aux bénéficiaires, les paient en gourdes à un mauvais taux et retiennent ces dollars. Ils s’organisent en cartel pour venir offrir ces dollars à des prix très élevés sur le marché des changes, avancent les experts.

Tous ces éléments avancés par les experts pour justifier le bien-fondé de la récente décision de la BRH, ne légitiment-ils pas la position du Président de l’Association Haïtienne des Économistes (AHE), le Dr Eddy Labossière qui croit que le marché de change dollars- Gourdes mérite de profond changement?

A lire aussi :

%d bloggers like this: