Monday, October 12, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Quartier Nérette – Le maire de Pétion-Ville gardé dans l’ignorance des activités nocturnes d’un policier affecté au Palais National troublant le sommeil des résidents

Tweet Sous la présidence de Jovenel Moise, un adepte de la dictature sous le couvert d’une démocratie vendue à crédit,…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at June 25, 2020 Tags: , , ,

img

Sous la présidence de Jovenel Moise, un adepte de la dictature sous le couvert d’une démocratie vendue à crédit, des policiers affectés au Palais National se font passer pour la police des polices. Au quartier Nerette, à Pétion-ville des citoyens enfreignent l’État d’urgence sanitaire.

Les installations ‘’Belgaph Barber Shop et Resto’’, propriété d’un policier affecté au Palais national, sont l’expression d’un déni affiché face au Coronavirus. Au quotidien, une ambiance électrique règne troublant au passage le sommeil des résidents de la rue Narcisse, à Nérette.

chaque soir, des prostituées, des policiers se donnent rendez-vous chez Belgaph

Mercredi 24 juin 2020 ((rezonodwes.com))–Le cri d’alarme lancé par les résidents de la rue Narcisse au quartier Nérette, à Pétion-Ville vise à interpeller les autorités concernées à propos des activités de nuisances sonores initiées par le nommé Belgaph, reconnu comme policier affecté au Palais national où se dessine une nouvelle forme de dictature rétrograde en Haïti imposée par un homme déjà en contravention avec la justice pour dénonciations de corruption.

‘’C’est une rue transformée par une ambiance délétère. Tous les soirs, des motocyclistes, des prostituées, des policiers se donnent rendez-vous ici dans une atmosphère perverse. Ce sont les résidents qui en payent les pots cassés’’, déplore un citoyen.

Depuis plus d’un an, la réalité de la rue Narcisse a profondément changé, rappelle un citoyen requérant l’anonymat. Les locaux du Collège Antillais, détruits par le séisme du 12 Janvier 2010, ont provoqué un changement brutal dans l’environnement du quartier. Un restaurant et un ‘’barber shop’’ ont été édifiés sur le site, actant le calvaire de la communauté de la rue Narcisse.

‘’Après avoir pris possession du terrain, ils l’ont rebaptisé ‘’ Centre culturel de Nerette’’ et ont construit deux installations. Depuis, les résidents sont en train de vivre l’enfer. Quotidiennement, ils entretiennent une ambiance de tonnerre, troublant du coup le sommeil des citoyens’’ dénonce une trentenaire.

L’édile de Pétion-ville, Dominique Saint-Roc, contacté sur le dossier affirme n’être pas au courant de la situation qui s’installe à Nerette. Discours contradictoires des habitants de la rue, qui confirment l’implication du premier citoyen de la commune.

‘’Dominique Saint-Roc encourageait ces types d’activités. Les organisateurs de ce ‘’Ti Sourit’’ affirment récolter les dividendes de leur participation dans l’élection de Dominique Saint-Roc à la tête de la municipalité. Pour cause, le maire s’était mis en croix contre une tentative de déguerpissement de ces hors-la-loi’’  soulignent des propriétaires à la rue Narcisse.

À ce stade des débats, le gouvernement haïtien interdit des rassemblements nocturnes en vue de combattre la propagation du Coronavirus. Alors que l’aventure infernale de la rue Narcisse initiée par des policiers, poursuit son cours sous la bénédiction d’une confrérie de la PNH rappelant déjà le Cafeteria de Michel François tristement célèbre.

Que dit le zélé ministre de facto de la Justice et de la Sécurité face à cette situation devenue intolérable pour de nombreux habitants de Nérette ? Est-ce seulement des gens non armés sont tenus de respecter le couvre-feu décrété ?

%d bloggers like this: