Saturday, November 21, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Port-au-Prince : 152 personnes assassinées entre avril et juin, note la CE/JILAP

Tweet La Commission épiscopale nationale Justice et Paix alerte sur la proportion inquiétante de la violence armée dans 7 communes…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at September 11, 2020 Tags: ,

img

La Commission épiscopale nationale Justice et Paix alerte sur la proportion inquiétante de la violence armée dans 7 communes de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Le 75ème Rapport d’observation de la CE/JILAP fait état de 152 décès entre avril et juin, 104 cas d’assassinats au mois de juillet et 51 personnes tuées en août. Ces données complètent une étude portant à 14 131 victimes du train de la violence aveugle

Vendredi 11 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Les chiffres rendus publics par la CE/JILAP sur la réalité de la violence et de la criminalité à Port-au-Prince ont été documentés à partir des plaintes reçues, des enquêtes diligentées et des informations relayées par des médias, précise sa directrice nationale.

Jocelyne Colas Noel, à l’occasion de la publication, ce mercredi 10 septembre du 75ème rapport d’observation sur la violence, souligne que la situation est préoccupante.

‘’Le rapport trimestriel en question couvre 5 mois de l’année en cours. Suivant les détails, 152 personnes sont victimes entre avril et juin, alors 104 décès ont été comptabilisés en juillet et 51 citoyens ont été tués en aout. Ce qui porte à 14 131 le nombre total de victimes de violence entre 2002 et mi-2020’’, précise Jocelyne Colas Noel, directrice nationale de la CE/JLLAP.

Ports poreux, circulation illégale d’armes à feu

L’organisme de défense des droits humains de l’Église catholique en Haïti se dit également préoccupé par la quantité d’armes à feu illégales en circulation sur le territoire national.

Le dernier recensement qui remonte en 2017 a établi que 291 000 armes sont en circulation et que trois  (3) ans plus tard la réalité s’est aggravée.

Les responsables de la CE/JILAP insistent sur le fait que l’insécurité et la violence armée sont les deux faces de la même médaille. Elle découle de l’incapacité des autorités à freiner la prolifération des gangs armés et de leur refus d’accompagner l’institution policière.  

La CE/JILAP déplore qu’aucun procès ne soit toujours pas engagé en dépit du fait que des coupables de trafic d’armes à feu et de munitions soient régulièrement interpellés au Port-Lafito, au Cap-Haitien et à Saint-Marc,

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

%d bloggers like this: