Friday, November 20, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Mombin-Crochu, trop près de Dieu!

Tweet par Iléus Papillon Jeudi 5 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–             Toutes les communes ont une histoire. «Les terres qui deviendront…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at November 5, 2020 Tags: ,

img

par Iléus Papillon

Jeudi 5 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–

            Toutes les communes ont une histoire. «Les terres qui deviendront Mombin-Crochu ont d’abord été immortalisées par la prise de contrôle des premiers Cacos en 1867. Ancien avant-poste du district militaire du Trou-du-Nord, la commune de Mombin-Crochu faisait partie de la commune de Vallières sous le nom de « Paroisse Sud » fondée le 8 janvier 1888, jusqu’à ce qu’elle se sépare officiellement de l’insurrection du Nord, faisant sa soumission au gouvernement du Président Légitime.» C’est en tout cas ce que nous dit Haïti Fandom dans son texte de présentation sur Mombin-Crochu. Plus loin, Xémexant ROUZIER, celui qui a réalisé l’un des premiers travaux d’identification de toutes les zones, tous les quartiers et toutes les communes d’Haïti à travers son Dictionnaire géographique et administratif d’Haïtipublié en plusieurs tomes dont celui édité en 1927 à titre posthume, nous rappelle que «ce fut à Monbin Crochu que le général Désorme Joazar, de Vallière, prit les armes, le 1er janvier 1914 contre le président Michel Oreste en faveur du général Oreste Zamor.»

            Cette insurrection entraina la chute de Michel ORESTE qui s’embarqua à Port-au-Prince le 27 janvier 1914. La Révolution entra triomphante à Port-au-Prince le dimanche 8 février 1914, écrit ROUZIER. Nous tenons à préciser que Xémexant ROUZIER a utilisé la graphie Monbin Crochu sans le trait d’union alors que dans d’autres documents officiels,c’est écrit Mombin-Crochu. Il est à rappeler qu’au cours de l’histoire d’Haïti, ce lieu fut, entre 1868 et 1914, témoins et théâtre de plusieurs soulèvements qui ont chassé au pouvoir au moins deux présidents dont Sylvain SALNAVE(1868) et Michel ORESTE(1914).

            Par ailleurs, c’est en 1951 que Mombin-Crochu fut élevé au rang de commune, sous la présidence de Paul Eugène MAGLOIRE (1950-1956). Cette collectivité se situe dans une zone stratégique à 105 kilomètres de Port-au-Prince, la capitale haïtienne et à 56 kilomètres du Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays. Située dans le Nord-Est d’Haïti, la commune de Mombin-Crochu se compose de deux (2) sections communales et quartiers: Sans-Souci 1 et Sans-Souci 2. Il faut toutefois énumérer les sections communales: Bicara, Bois-Verna, Bois Vin Dri, Canga, Carata, Corosse, Fond-Bois, Globe, Goabarie, Grand-Bois, Grande-Savane, Grand Mat, Jodipe, La Cid, Lalia, Nan Guape, Nan Jean-Jeanne, Nan Raque, Pâques, Piton-des-Roches, Terre-Salée, Vimbale. Aguamite, Balissage, Bois-de-Laurence , Bois Rouge, Boucan Puce, Colora, Derrière Garde, D’Leau Contrée, Galata, Gardes-A-Georges, Grand Bois, La Cyplaine, Lagon Jonc, La Hatte, Lamercie, Logate, Ma Dokin, Nan Lucas, Nan Macaye, Naqn Mapou, Orange Bois, Passe Citron, Ravine froide, Ravine Pite, Rosolie, Sylvestre… Une liste de sections communales documentées par Haïti Fandom. Deux principales rivières traversent Mombin-Crochu: Gouape et Lociane, cette dernière représentant la plus importante source d’eau de la commune selon.

            La commune de Mombin-Crochu s’étend sur une superficie gigantesque de 19 151 km2, soit la plus grande après Fort Liberté, Chef-lieu du Département. Selon le dernier recensement par estimation en 2009 de l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI), la commune de Mombin-Crochu est peuplée de 31 556 habitants. On les appelle mombinois/mombinoises. Cette municipalité est limitrophe des communes de La Victoire (Nord-Est), Cerca-Carvajal (Centre), Carice (Nord-Est), Cerca-la-Source (Centre), Ranquitte (Nord) et Vallières (Nord-Est).

            Notons que Mombin-Crochu bénéficie d’une bonne couverture forestière. Cependant, nous constatons un début de dégradation dans les mornes par la coupe sauvage des arbres, illustré par les exemples suivants: «Mòn Bèlè», «Mòn Piton», «Mòn Glòd» et «Mòn Wozi» . C’est à «Mòn Wozi» que des soldats de Nations-Unies s’étaient rendus, en 2011, pour exploiter une ressource que les habitants ne pouvaient pas identifier, regrettent-ils.

            Ces étrangers venus de tous horizon, ont offert quelques billets aux paysans pour fouiller de grands trous à «Mòn Wozi» puis ils leurs ont demandé de se retirer du lieu. Ils sont venus avec de gros camions et les ont rempli d’objets tous cachés. «Je suis certaine que le Maire de la ville était au courant parce que les étrangers ont passé plusieurs jours dans la zone» rappelle Loraine*, une jeune universitaire originaire de la communauté. Mais qui a donné le feu vert à ces gens pour exploiter les ressources de la commune? Où est le contrat d’exploitation? Qu’est-ce qu’ils ont exploité? La commune a bénéficié de quoi? Des questions que les autorités communales de l’époque auront à répondre un jour. Citons au passage que le Maire principal de Mombin-Crochu en 2011, c’était Ange Michel PRINCIVIL.

            Plus loin, en termes d’accès à ce lieu. Il s’agit là d’un chantier qui relie La Victoire à Mombin-Crochu. Pas question de parler de route en dépit du fait que deux grands manitous du gouvernement sont originaires de cette commune en plus d’être des TètKale au pouvoir depuis 2011.

            Fils-Aimé Ignace ST-FLEUR, le Directeur du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPA) et un ancien Premier Secrétaire de la Chambre des Députés, Député Jacques ST LOUIS MICHEL JACQUES du groupe majoritaire au parlement supportant le pouvoir en place. Pour se rendre à Mombin-Crochu, c’est donc assez laborieux! Rappelons que c’est cette même voie que le président Jovenel MOISE avait empruntée en décembre 2019 pour l’inauguration d’un tracé de route en terre battue reliant Mombin-Crochu / Vallières.

            Du point de vue traditionnel, la commune de Mombin-Crochu est très active. En effet, la commune fête sa patronne, Notre-Dame de la Nativité, les 7 et 8 septembre chaque année. Une constellation de banderoles met en relief le dévouement de ses administrés à perdurer ces fêtes traditionnelles.

            Au-delà de tous les problèmes que confrontent les habitants de cette commune (eau potable, route, hôpital, bibliothèque, centre d’animation culturelle), en matière d’éducation, Mombin-Crochu est très présente. Deux écoles de cette zone témoignent la volonté des élèves. Le collège Espoir fondé en 1995 donne depuis 2005, 100% de réussite aux examens officiels. Le lycée Fortuné Audate, pour sa part, a lui aussi une bonne réputation en termes de performance académique. D’ailleurs, en 2014, son taux de réussite de 100% lui a valu un article dans Le Nouvelliste titré «Le lycée Fortuné Audate, la fierté de Mombin-Crochu» sous la plume de Valéry DAUDIER (cf. Discours de V. DAUDIER). « Étonnament, la publication des examens d’État est une rare occasion de parler de Mombin-Crochu. Le lycée Fortuné Audate fait honneur à la commune depuis quelques années avec ses bonnes performances académiques. Pendant que des anciens élèves de l’établissement sont sortis lauréats des programmes de bourse d’études au Mexique, le lycée de Mombin-Crochu continue de prouver que ses bonnes performances ne sont pas le fruit du hasard» nous dit DAUDIER. L’article vantait le mérite d’un lycée à son apogée, avec des élèves assoiffés de connaissance et des professeurs très soucieux, malgré quelques retards de paiement. En outre, le lycée Fortuné Audate est dirigé par Madame Marie Denise Nérès ST-FLEUR, sociologue de formation et détentrice d’un master en Histoire.

            De surcroit, Mombin-Crochu possède la Caisse Populaire pour l’Avancement de Mombin-Crochu (CPAM). Selon les témoignages de quelques élèves de la commune, cette institution vient souvent en aide pour le paiement des frais scolaires. Le marché communale et l’Hôtel de Ville, la Mairie, ne font qu’un seul chaque samedi «jou mache komin nan.» Chaque samedi, c’est un spectacle inéluctable. Un tourbillon d’humains (marchandes, marchands, acheteurs) envahissent la place, les périmètres de la Mairie et la grande rue.

La Mairie de Mombin-Crochu est à nos yeux comme une vielle maison de campagne oubliée sur laquelle on peut lire: «Aba Ignace, viv lajenès.» Les locaux de la Mairie ne font pas honneur à la commune. C’est un espace facile d’accès, sans barrière principale. Par contre, la Place est plus ou moins attrayante. Elle se situe près de la Paroisse de la Nativité.  

            Le réseau électrique de Mombin-Crochu est produit par Péligre sur le Plateau Central. Malgré les promesses du président Jovenel MOISE (natif du département), «nou konn pase 2 a 3 semèn san kouran», les habitants de Mombin-Crochu restent sceptiques. Il est impensable qu’une commune reliée à Pélinge ne puisse bénéficier du courant électrique. La Radio Télé Nativité (101,7 FM) qui est l’unique station de la commune est ornée leu portrait de ce dernier.

            Le centre-ville n’abrite que le Centre Médico-Social de Mombin-Crochu, issu du Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD), pour prendre en charge la population. Que faire si ce centre venait à disparaître?

            Paradoxalement, la commune de Cerca-Carvajal, bien que représentée par un Député de l’opposition, Antoine Rodon BIEN-AIMÉ, a une bonne longueur d’avance sur une commune telle que Mombin-Crochu, représentée jadis par l’ancien Député Jacques SAINT-LOUIS, membre du parti au pouvoir. Au regard de cette situation catastrophique, nous sommes forcés de constater que rien n’a été fait pour améliorer les conditions sociales des administrés. Clairement, la population de Mombin-Crochu, comme celle des communes de ces voisines, n’ont rien goûté du grand gâteau PetroCaribe.

            Remarquons qu’au moment où nous étions sur place, une délégation de journalistes se trouvait tout près. Ils ont été invités par le Directeur Général du BMPAD, en vue d’assurer la couverture médiatique de l’inauguration d’une place publique à Bois-de-Laurence prévue pour dimanche 20 septembre 2020.

            Certains interessés se questionnent sur le bienfondé de cette place publique. «Pito li te konstwi wout la olye yon plas piblik. Nou gen plas piblik déjà.» martèlent quelques jeunes.

            En résumé, nonobstant la route comme principal obstacle pour se rendre dans cette zone verdoyante, la commune de Mombin-Crochu a tous les atouts d’une commune dynamique et aurait pu être l’une des meilleures zones d’attraction du Nord-Est voire du pays.

            Enfin, avec la présence d’un fils de la commune à la direction du BMPAD, Mombin-Crochu devrait être en première loge à plusieurs niveaux : infrastructures, cultures, administration, santé, sécurité, etc.

            Nous sommes en droit de réfléchir sur les raisons de cette disparité sachant qu’une commune de cet acabit, en relation étroite avec le Palais National puisse être autant reléguée?

Néanmoins, cette situation n’est pas définitive et les choses peuvent évoluer.

Iléus PAPILLON

Sociologue
Master en Patrimoine bâti

Références

  1. DAUDIER, Valéry. «Le lycée Fortuné Audate, la fierté de Mombin-Crochu.» Le Nouvelliste. Consulté en septembre 2020
  • Haïti Fandom. «Mombin-Crochu». https://haiti.fandom.com/wiki/Mombin-Crochu. Consulté en septembre 2020
  • Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI). Recensement par estimation en 2009
  • *Nous avons modifié le nom de Loraine pour sa protection. Entretien réalisé lors de notre visite à Mombin-Crochu en septembre 2020
  • ROUZIER, Xémexant. DICTIONNAIRE GEOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIF D’HAÏTI. IMPRIMERIE Aug. A. HERAUX, 1927.

Crédit photo: Sourire d’Haïti 

%d bloggers like this: