Sunday, October 11, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


L’université Quisqueya réagit à l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire

“Grégory n’était pas un dangereux terroriste et ne présentait aucune menace pour le Palais National”, réagit l’université Quisqueya Le rectorat…

By Pierre Emmanuella TANIS , in ACTUALITÉS , at October 7, 2020 Tags: , , ,

img

“Grégory n’était pas un dangereux terroriste et ne présentait aucune menace pour le Palais National”, réagit l’université Quisqueya

Le rectorat de l’université Quisqueya réagit, par voie de communiqué de presse, à l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire survenu dans la soirée du vendredi 2 octobre.

“L’Université Quisqueya condamne le meurtre dont se sont rendus coupables des agents de l’Unité de Sécurité Générale du Palais National (USGPN) contre l’étudiant Grégory Saint-Hilaire tué froidement par balles dans l’enceinte de l’École Normale Supérieure (ENS), dans la soirée du vendredi 2 octobre”, lit-on dans ce communiqué.

“Grégory n’était pas un dangereux terroriste et ne présentait aucune menace pour le Palais National. Comment une telle unité dont la charge est d’assurer la sécurité du Palais National peut-elle se mettre en situation de commettre un acte aussi délibéré et lâche à la fois contre un étudiant et contre une institution d’enseignement supérieur qui compte parmi les meilleures et les plus respectables du pays”, poursuit ce communiqué publié sous la signature du recteur de l’Université, Jacky Lumarque..

“La Police Nationale et les autorités du pays seraient-elles, comme l’a déclaré Grégory avant sa mort. « épistémophobes », en guerre donc contre la connaissance et l’intelligence?”, questionne le rectorat.

L’université Quisqueya dénonce le fait que l’ENS soit traitée comme étant ” une bastion de dangereux contestataires et comme une boîte de cours vouée à la destruction” et  rappelle qu’outre le fait que l’Ecole normale supérieure a contribué à former les élites de ce pays depuis 1947, elle bénéficie non seulement de la confiance et du partenariat pédagogique et scientifique d’universités étrangères dans plusieurs disciplines, mais aussi du soutien d’Ambassades et d’agences de coopération qu’on ne saurait suspecter d’irresponsabilité ou de légèreté.

“Comment se fait-il que de graves violences aient été exercées contre l’institution, de manière répétée, le 20 novembre 2019, le 13 mars 2020, le 2 octobre au soir, puis le 3 octobre au matin, jour où la bibliothèque de l’ENS a pris subitement feu, alors que le corps de Grégory gisait encore dans les locaux de l’École”, lit-on dans ce document.

Le Rectorat de l’Université Quisqueya profondément affecté par ces faits présente à la famille, aux amis et aux camarades de promotion de Grégory Saint-Hilaire ses très sincères condoléances et exprime sa solidarité avec le Conseil de direction de l’École Normale Supérieure. Il considère ce qui s’est passé comme un drame humain et politique gravissime et demande que les auteurs d’un tel crime soient remis à la justice.

En savoir plus:

L’ambassadeur des USA à l’ONU exige la fin des violences liées aux gangs en Haïti

%d bloggers like this: