Thursday, November 26, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Lettre ouverte à la population gonaivienne

Tweet Dimanche 18 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Je voudrais écrire une lettre aux responsables de l’EDH des Gonaïves pour leur demander…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at October 18, 2020 Tags: ,

img

Dimanche 18 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Je voudrais écrire une lettre aux responsables de l’EDH des Gonaïves pour leur demander si effectivement ils oublient le contrat les liant avec les différents abonnés de la ville, mais je sais d’ores et déjà que c’est un exercice gratuit. A un moment donné, l’EDH faisait circuler un slogan qui disait : peye kouran ou boule a pou ka genyen kouran.

Aujourd’hui, l’électricité est absente dans presque tous les circuits de la ville, à l’exception d’un seul. Celui-ci alimente les secteurs des rues Christophe et Lozamar jusqu’au carrefour d’IDAI, malgré tout électrifiés au rabais. Etat donné que ma lettre sera jetée à la poubelle par la compagnie, dans cette optique, je préfère adresser une lettre ouverte à la population Gonaivienne.

Eske san kouran elektik nou ka menen yon vi normal? Eske absans kouran pa detri anpil moun ki ap fè biniz nan vil gonayiv? Eske absans kouran an pa dekouraje tout moun ki ta vle vini fè biniz nan vil la? Eske li pa important pou compani EDH ta di nou ki lè, ki jou kouran ap vini nòmal nan vil Gonayiv? Eske ou konen men si ou pa genyen kouran, wap peye 174 goudes chak mwa pou kontè a ki la kay ou ? Eske ou pa we zafè kouran ki pa genyen fè anpil misè envahi nou, fè anpil dega sou vi nou ?

Le silence de la grande majorité des abonnés aux Gonaïves fait penser que la compagnie EDH a raison de rester indifférente et qu’elle n’a aucune obligation professionnelle et morale envers la population gonaivienne.

Je pense également qu’il est temps que les citoyens des Gonaïves s’organisent en vue de revendiquer de façon non violente la défense des droits des consommateurs, car sans le l’électricité, aucun développement économique n’est possible dans un pays, voire une ville.

Je sonne aujourd’hui le lambi du ralliement qui fait partie du drapeau vert et jaune de la ville des Gonaïves.

L’absence du courant électrique comme l’un des besoins essentiels de survie fait du tort aux petits, moyens et grands commerçants, notamment aux entrepreneurs. Les écoliers, étudiants, les stations de radiodiffusion et de télédiffusion, les centres hospitaliers et dispensaires hôpitaux et à la population en générale font les frais de l’absence de cet outil de développement qu’est l’électricité.

Citoyens et citoyennes des Gonaïves, joignons ensemble nos forces pour nous adresser directement aux responsables de l’EDH.

« Nou bouke nou pakap enkò, nap peye e nou vle peye pou nou jwen yon bon sèvis chak jou ». Kouran dwe chak jou 24/24 non pa aksidan. Nou fout bouke !

Reynald Orival
Ing/Journaliste
Citoyen haïtien engagé

%d bloggers like this: