Monday, September 14, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Lettre du Général Jean-Jacques Dessalines adressée au président américain Thomas Jefferson, en juin 1803

Tweet Dessalines a juré à Jefferson, bien avant la bataille de Vertières, l’expulsion des bourreaux des nègres de Saint-Domingue. Dimanche…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at September 14, 2020 Tags: ,

img

Dessalines a juré à Jefferson, bien avant la bataille de Vertières, l’expulsion des bourreaux des nègres de Saint-Domingue.

Dimanche 13 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Flashback–

Au quartier Général, Habitation de Frère,
Plaine du Cul de Sac, 23 Juin 1803

Jean Jacques Dessalines, Général en chef de l’Armée de Saint-Domingue

à

Monsieur le président des Etats-Unis d’Amérique

Monsieur Le Président,

La Goélette des Etats-Unis (La Fédérale, Capitaine Neheniah Barr) forcée d’entrer dans le port du Petit Goâve par nos chaloupes en croisière, m’offre l’honneur de vous instruire des événements survenus dans notre malheureuse isle depuis l’arrivée des Français et de la révolution qu’y a occasionné la tirannie de leur gouvernement oppresseur.

Lassé de payer par l’effusion de tout notre sang le prix de notre aveugle fidélité à une métropole qui égorge ses enfans, le peuple de Saint Domingue, à l’exemple des nations les plus sages, a secoué le joug de la tirannie et juré l’expulsion de ses bourreaux.

Déjà nos campagnes sont purgées de leur aspect; quelques villes leur restent encore, mais n’offrent plus rien à leur avide rapacité.

Le commerce avec les États-Unis, Monsieur le Président, présente aux immenses récoltes que nous avons en dépôt et à celles plus riantes encore qui se préparent cette année, un débouché que nous réclamons des armateurs de votre Nation. Ses anciennes Relations avec St. Domingue ont du la convaincre de la loyauté et de la bonne foi avec lesquelles ses bâtimens seront accueillis dans nos ports.

Le retour de la goélette la Fédérale lui prouvera nos dispositions actuelles.

Agréez, Monsieur Le Président, être persuadé de l’empressement que je mettrai à contribuer de toute l’autorité qui m’est confiée à la sûreté des bâtimens des Etats-Unis et à l’avantage qu’ils retireront de nos échanges.

Agréez, Monsieur Le Président, l’expression de la plus haute considération pour Votre personne.

%d bloggers like this: