Wednesday, October 14, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Le coronavirus nourrit la pandémie de corruption en Amérique latine et en Haïti

Tweet La bonne santé des pratiques illégales se poursuit également en Haïti, dénoncent plusieurs secteurs de la société civile. La…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at June 21, 2020 Tags: , , , ,

img

La bonne santé des pratiques illégales se poursuit également en Haïti, dénoncent plusieurs secteurs de la société civile. La Cour des Comptes a perdu toute autorité et tout droit de regard sur la gestion de covid-19 par l’administration Moise-Jouthe.

Dimanche 21 juin 2020 ((rezonodwes.com))–COVID-19 n’a pas empêché un virus persistant de continuer à sévir en Amérique latine : la corruption. Un mal qui ronge également Haïti où les dirigeants n’inspirent presque plus confiance à la population. D’ailleurs, le président Jovenel Moise est indexé dans un rapport officiel de dilapidation de fonds de trésor public.

Distribution irrégulière de l’aide, achats surévalués, – communément appelé surfacturation – manque de transparence dans les attributions, voilà quelques cas liés à l’urgence sanitaire qui montrent la bonne santé des pratiques illégales qui n’ont pas encore trouvé de vaccin efficace.

Le Brésil, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur, le Guatemala, le Mexique, le Pérou et la République dominicaine, et Haïti, entre autres pays, ont souffert ces quatre derniers mois de scandales liés à la corruption et au coronavirus, qui ont alarmé les gouvernements, les autorités internationales et les citoyens qui ont été mis en quarantaine.

A tel point que les Nations Unies ont créé cette semaine un Observatoire régional sur les prix des médicaments en Amérique latine afin de prévenir les irrégularités dans l’achat de médicaments et de fournitures médicales pendant la pandémie.

« La corruption ne vient pas seulement des États mous, du manque d’opportunités ou de lois qui ne sont pas bien faites et qui laissent de la place à la corruption. Tout cela peut et doit être amélioré. La question culturelle est plus compliquée« , a déclaré Marta Lagos, directrice du Latinobarómetro, en expliquant ces mauvaises pratiques dans une région qui est presque l’épicentre de la pandémie.

Dans le cas spécifique d’Haïti, plongé dans une corruption aveugle, la cheffe de BINUH, Helen La Lime qui a refusé de parler directement de corruption, a indiqué vendredi que « trois mois après la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans le pays, les autorités ont encore du mal à ouvrir des centres médicaux pour la COVID.19« , pourtant plusieurs millions de dollars sont tirés du trésor public pour la gestion de la pandémie en général. La Lime accusée d’être une grande protectrice du régime autoritaire de Jovenel Moise, a souligné que « dans un pays de plus de 11 millions d’habitants, il y a à peine la capacité de traiter quelques centaines de personnes à la fois« .

%d bloggers like this: