Monday, October 12, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Le CEP Dermalog mort-né, une stratégie pour faire diversion et noyer l’enquête sur l’assassinat de Me. Dorval

Tweet la diversion ne passera pas ! Editorial de Haiti-Observateur De tous les scandales qui ont secoué le régime PHTKiste…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at September 24, 2020 Tags: , , , ,

img

la diversion ne passera pas !

Editorial de Haiti-Observateur

De tous les scandales qui ont secoué le régime PHTKiste dirigé par Jovenel Moïse, l’assassinat du bâtonnier de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval, a constitué un véritable poisson dans la gorge du pouvoir.

New York, mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Les premiers éléments d’enquête et les révélations relatives à ce crime, qui ont fusé de toutes parts ont dérouté les dirigeants, au point que Jovenel Moise commençait à prendre des décisions incohérentes. Mais il s’est donné une bouffée d’oxygène avec la création du Conseil électoral provisoire, qui semble mettre en veilleuse les différentes interventions sur le crime crapuleux de Pèlerin 5, qui dominaient l’actualité nationale, depuis le 29 août.

En effet, dès le lendemain du meurtre de Me Dorval, dans la soirée du 28 août, au moment où il s’apprêtait à rentrer chez lui, après avoir garé son véhicule, quasiment le pays entier s’était mobilisé pour dénoncer ce crime, de toute évidence commandité. Le domicile de la victime étant situé à un coup de pistolet de la résidence officielle du président de la République, zone à haute sécurité, ainsi que d’autres événements inopinés qui se produisaient au moment même où les assassins étaient à l’œuvre, conforte l’hypothèse attribuant la responsabilité de la commission de cette exécution à la présidence.

L’indignation, la consternation et le sentiment de révulsion collectifs ressentis au sein des différentes couches de la société nationale et internationale ont entraîné une vague de prises de position condamnant les auteurs et les commanditaires de ce cri -me et exigeant justice pour le bâton-nier défunt et sa famille. Si le Barreau de Port-au-Prince, par l’entremise de ses membres, s’est mobilisé, secondé par leurs homologues des dix-huit juridictions du pays, en sus des avocats des pays francophones regroupés au sein de leurs barreaux respectifs souscrivant à cet objectif, en Haïti, les organisations socio-professionnelles, toutes disciplines confondues, ont fait chorus avec le monde juridique pour exiger une enquête sans complaisance pour identifier et livrer à la justice les malfaiteurs qui ont conçu et exécuté ce forfait.

Certes, il ne passait un jour sans que ne soient véhiculées des prises de positions concernant l’assassinat de Monferrier Dorval, dénonçant toutes la responsabilité du chef de l’État. Dans les organes de de presse, tant au pays qu’à l’étranger, de même que dans les média sociaux, chacun, en groupe ou à titre individuel, faisait entendre sa voix. De telle sorte que l’équipe au pouvoir était pratiquement harcelée, attaquée sans répit. Les projecteurs étaient dirigés sur la présidence en permanence, Jovenel Moïse et ses collaborateurs faisaient les frais des revendications de justice véhiculées en faveur du défunt bâtonnier de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince. Celles-ci se faisaient d’autant plus pertinentes que les suspects identifiés par les enquêteurs de la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ) sont tous liés au Palais national, ou bien au ministère de l’Intérieur.

Aussi d’aucuns se sont-ils acharnés à poser la question de savoir, comment se fait-il que tous les hommes arrêtés par l’organisme enquêteur, y compris un autre assassiné avant qu’il ne soit appréhendé par la Police, ont un lien quelconque avec la présidence, notamment le bureau de la première dame, Martine Etienne Joseph Moïse?

Indéniablement, les dénonciations intensives des plus hautes autorités du pays, dans la commission de cet assassinat crapuleux, qui n’ont cessé de se multiplier, ont eu un effet démoralisant sur le chef de l’État se trouvant dans l’impossibilité d’esquiver les attaques. C’est, d’ailleurs, dans l’espoir d’éviter une gigantesque manifestation de sympathies, empreinte d’accusations publiques directes, que les autorités du pays, sous l’ordre de Jovenel Moïse, ont fait pression sur la famille de Me Dorval l’obligeant à organiser des funérailles privées au défunt.

Ainsi coincé par l’opinion publique, l’occupant du Palais national était à la recherche d’un quelconque événement pour éloigner de lui de telles attaques. Aussi, l’intervention de l’ambassade des États-Unis sur la tenue des élections était-elle la bouffée d’oxygène après laquelle soupirait tant Nèg Bannann nan.

En effet, depuis que l’ambassade américaine a publié son tweet, le 17 septembre, invitant le régime en place à prendre un décret annonçant la tenue des élections, les critiques n’ont pas cessé de se faire entendre. Organisations socio-professionnelles et personnalités politiques, ainsi que des membres de la société civile sont immédiatement montés au créneau pour dénoncer l’ingérence étrangère dans les affaires internes du pays. Dirigées contre l’ambassadeur américain et le Département d’État, les attaques viennent de tous bords.

Encore une fois, la ferveur patriotique des Haïtiens authentiques s’est retrouvée au rendez-vous. Et Jovenel Moïse et ses alliés PHTKistes ont trouvé le répit qu’ ils souhaitent par rapport aux attaques dont ils étaient l’objet dans le meurtre de Me. Dorval.

En clair, il semble que, comme par magie, les milieux, organisations et personnes qui menaient campagne, en faveur de la justice pour le défunt bâtonnier de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince, aient trouvé d’autres chats à fouetter. En raison de la publication du tweet de la mission diplomatique des États-Unis, trêve des démarches visant à infliger le châtiment qu’ils méritent aux fomenteurs du complot ayant abouti à l’assassinat de Me Dorval.

Déjà outrés contre Jovenel Moïse, plus récemment suite à l’assassinat perpétré le 28 août, proche de la résidence de la famille Moïse, outre les nombreuses dérives constatées tout au long de sa présidence, les secteurs mobilisés contre des élections sous la direction de ce dernier sont animés de la même ardeur qu’ils affichaient dans leurs démarches contre les assassins de Me Dorval et leurs commanditaires.

Il y a fort à parier que Jovenel Moïse, sa famille et ses hommes dont les noms ont été associés aux suspects présentement incarcérés au Pénitencier national, doivent sentir l’étau se relâcher sur eux. Puisque tout le monde concentre ses critiques sur la question des élections, la réforme constitutionnelle et l’organisation d’ un référendum relatif à la Charte fondamentale auxquels M. Moïse tient tellement. Aucun doute ce dernier voulait tant éloigner de lui et de sa clique les critiques relatives à l’assassinat du défunt bâtonnier, qu’il n’a même pas attendu quarante-huit heures après la diffusion du tweet de l’ambassade américaine pour annoncer la création de son CEP dont il a immédiatement donné la liste des membres.

De toute évidence, les secteurs anti-Moïse sont présentement tout à fait concentrés sur la question des élections. Mais ils doivent penser à mener la bataille sur les deux fronts. Surtout que les questions liées au meurtre du bâtonnier constituent le talon d’Achille de Jovenel Moïse. En tout cas, oui il faut dénoncer haut et fort la création du CEP Dermalog et les élections que voudrait organiser le régime PHTK. Cela n’implique pas pour autant une trêve par rapport à la campagne destinée à mettre définitivement la main au collet des assassins de Me Dorval. Car la diversion ne passera pas !

source : Editorial de Haïti-Observateur
édition du 23 au 29 septembre 2020

%d bloggers like this: