Friday, September 4, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Le BINUH exige l’arrestation de tous les chefs de gang dont Jimmy Chérizier

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), qui se dit préoccupé par la recrudescence de la violence dans le…

By Jean Herntz ANTILUS , in ACTUALITÉS , at August 13, 2020 Tags: , , , ,

img

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), qui se dit préoccupé par la recrudescence de la violence dans le pays, exige l’arrestation de tous les chefs de gang dont Jimmy Chérizier alias Barbecue.

Port-au-Prince, Haïti.- La communauté internationale, souvent perçue comme le fidèle allié de l’administration de Jovenel Moïse, commence à sortir peu à peu de son mutisme pour dénoncer la recrudescence des actes de banditisme et de criminalité qui continue d’endeuiller les familles haïtiennes. Après la sortie remarquée de l’Ambassade des États-Unis en Haïti en fin de semaine dernière pour dénoncer l’insécurité, c’est au tour du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) d’exprimer sa préoccupation face à la recrudescence des violences engendrées par les gangs spécialement dans les quartiers populaires.

Dans un communiqué de presse publié ce mercredi 12 août 2020, le BINUH exige, sans détour, l’arrestation de tous les chefs de gang dont l’ancien policier Jimmy Chérizier alias Barbecue, présenté comme le principal responsable de la fédération de gangs G9 an Fanmi et alliés.

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) dit avoir comptabilisé 159 morts et 92 blessés découlant des activités des gangs armés dont des enfants de janvier à juin 2020. La majorité des victimes du premier semestre de 2020 ont été recensés dans les quartiers populaires de la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Le BINUH appelle les autorités policières et judiciaires à sévir contre les responsables.
« Les responsables doivent être arrêtés et poursuivis et l’État, à travers ses institutions, doit prendre des mesures effectives pour protéger le droit inaliénable à la vie de tous les citoyen(ne)s
et mettre fin à l’impunité et aux cycles répétitifs de violence en Haïti.

Par conséquent, nous encourageons une fois de plus les autorités haïtiennes à poursuivre les auteurs présumés de crimes, d’abus ou de violations des droits de l’Homme, et d’exécuter les actes judiciaires émis, y compris le mandat d’amener émis à l’encontre de plusieurs chefs de gangs, notamment Jimmy Cherizier, alias « Barbecue », visé par un mandat émis en février 2019 pour son implication présumée dans les attaques de Grande Ravine, en Novembre 2017» précise la note de la mission onusienne en Haïti.

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti rappelle par ailleurs que le policier déchu est également cité comme responsable d’incidents meurtriers (sans parler de massacres) à La Saline, au Bel-Air, au Pont-Rouge et à Cité-Soleil.

En réaction au désaveu public du directeur général de la Police Nationale, Rameau Normil, par le premier ministre Joseph Jouthe, le Bureau Intégré des Nations-Unies recommande au gouvernement de doter la Police Nationale d’Haïti (PNH) et la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion (CNDDR) de moyens financiers et logistiques adéquats afin qu’elles puissent s’acquitter de leurs missions respectives tout en encourageant les partenaires internationaux de continuer à supporter ces institutions fondamentales dans la mise en place d’un véritable état de droit en Haïti.

En savoir plus :

L’ONU appelle les jeunes haïtiens à s’engager dans la construction d’un avenir meilleur

%d bloggers like this: