Monday, August 31, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


La SOHDDH et le CODDEMIR indignés et révoltés face à l’assassinat du professeur Monferrier Dorval

Tweet Lundi 31 août 2020 ((rezonodwes.com))– La Solidarité Haïtienne  de Défense des Droits Humains (SOHDDH) et le Collectif des Organisations…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at August 31, 2020 Tags: ,

img

Lundi 31 août 2020 ((rezonodwes.com))– La Solidarité Haïtienne  de Défense des Droits Humains (SOHDDH) et le Collectif des Organisations pour de Défense des Droits  des Migrants et Rapatriés (CODDEMIR) ont appris avec beaucoup de peine la nouvelle de l’assassinat du Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval en date du 29 août 2020 à Pèlerin 5, Pétion-Ville.

En cette tragique circonstance, la SOHDDH et le CODDEMIR envoient leurs sincères condoléances aux proches, aux amis et aux collègues affectés par cette perte.

Nous déplorons et condamnons ce crime crapuleux qui vient grossir le nombre de victimes de l’insécurité institutionnalisée dans le pays. Des fils et filles du pays meurent presque chaque jour sous les balles assassines des criminels sans obtenir justice. Nous  en avons assez. On nous étouffe !

Maître Monferrier Dorval par ses prises de parole a toujours montré qu’il était un digne fils du pays, qu’il n’avait pas de clan, que sa position était du côté de la loi. Il était un homme de conviction. L’éminent professeur qu’il était a consacré sa vie à former plusieurs générations de citoyens haïtiens. Son meurtre ne doit pas rester impuni.

C’est pourquoi nous invitons la justice à faire la lumière sur ce dossier et de trouver les coupables afin de les punir, selon les prescrits de la loi. Nous demandons à tous les secteurs de la vie nationale de se soulever contre l’insécurité, l’impunité, la corruption, contre ce système qui entend exterminer les Haïtiens. Aux citoyens, nous leur demandons de pression sur les autorités comme ils l’ont fait dans le cadre de la dilapidation des fonds Petrocaribe.

Nous ne pouvons plus rester les bras croisés en attendant que la prochaine victime soit nous-même, un proche ou encore un ami. En ce sens, la SOHDDH et le CODDEMIR soutiennent toutes les initiatives qui visent à obtenir justice pour les nombreuses victimes de l’insécurité en Haïti.

Fait à Port-au-Prince,le31 août 2020

PIERRE GAROTENERE                                            Fernande jean polynice

Directeur du CODDEMIR Secrétaire générale

%d bloggers like this: