Saturday, November 21, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


La réouverture des faktoris « suscite la peur et la crainte » chez les ouvriers de Codevi dans la zone franche

L’appel lancé au retour au travail, par la direction de la zone franche CODEVI, en pleine crise sanitaire covid-19, a…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at April 21, 2020 Tags: , , ,

img

L’appel lancé au retour au travail, par la direction de la zone franche CODEVI, en pleine crise sanitaire covid-19, a suscité une grande crainte et inquiétude dans cette région frontalière du nord, a rapporté le média dominicain en ligne El Masacre.com

Lundi 20 avril 2020 ((rezonodwes.com))–Selon de sources fiables, des milliers de personnes ont assisté lundi à une rencontre au siège de Codevi tandis que des dizaines d’autres ont décidé de ne pas se présenter sur les lieux par « peur et inquiétude« , a rapporté le quotidien en ligne de Dajabon, El Masacre, une ville limitrophe de Ouanaminthe.

« L’appel de retour aux activités a été fait par CODEVI, suivant les directives du gouvernement haïtien », a révélé le média dominicain précisant que « ce complexe de manufactures de sous-traitance est régie par la loi haïtienne« , ironiquement, se retrouvant aujourd’hui sans un pouvoir législatif.

El Masacre a signalé que la grande majorité des ouvriers portaient le masque et autres dispositifs de protection pour lutter contre le COVID 19. La distanciation sociale n’était pas cependant remarquée, a indiqué une source à Rezo Nòdwès, lundi soir.

Il est important de noter que la zone franche, située dans la périphérie de Ouanaminthe, est formée de diverses entreprises de différents pays, et emploie environ 12 000 personnes, dont plus de 80 % sont des ressortissants haïtiens.

Il y a environ 15 jours, le CODEVI a publié une déclaration, dans laquelle il faisait état de l’ouverture de quelque quatre usines, pour la fabrication d’instruments médicaux et de protection, avec la garantie que les précautions nécessaires seraient prises, mais selon les révélations du journal El Masacre à partir de sources connexes, « ce n’est pas ce qui se passe actuellement ». Ce serait le mensonge d’Etat.

%d bloggers like this: