Wednesday, October 14, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


“La dédolarisation du commerce, le meilleur moyen de stabiliser le taux de change”

“La dédolarisation du commerce, le meilleur moyen de stabiliser le taux de change”, pense l’économiste Enomy Germain. Dans une entrevue…

By juno7 , in ACTUALITÉS , at June 23, 2020 Tags: , , ,

img

“La dédolarisation du commerce, le meilleur moyen de stabiliser le taux de change”, pense l’économiste Enomy Germain.

Dans une entrevue accordée à Juno7 ce lundi 22 juin , l’économiste Enony Germain salue les mesures prisent par la BRH pour indiquer la monnaie et fixer le taux pour payer les transferts. Tout en restant circonspect par rapport aux résultats attendus, il souligne la nécessité pour la banque centrale de prendre des mesures d’accompagnement et pour l’État haïtien de réfléchir sur une véritable “dédolarisation de l’économie”.

La circulaire qui précise que les banques et les maisons de transfert doivent payer les transferts internationaux en monnaie étrangère si le bénéficiaire reçoit les fonds sur son compte bancaire (en dollars américains) ou en en gourdes si le bénéficiaire requiert le paiement à n’importe quel point de service représente dans un premier temps un désavantage certain pour les bénéficiaires. Car, explique-t-il, si les bénéficiaires veulent ensuite acheter le dollar, ils le paieront au taux moyen d’acquisition qui est supérieur au taux de référence de la BRH.

L’économiste croît, qu’en dépit de tout, cette circulaire aura un effet sur la gourde. Elle aura un effet sur le marché de change informel alimenté généralement par les bureaux de transfert qui refusent de payer en dollar pour les vendre en gros à un taux supérieur à d’autres acteurs. Ce marché informel ordinairement contribue à l’augmentation du taux de change.

Toujours selon Enomy Germain, si la mesure a été prise dans un contexte beaucoup plus favorable, elle aurait un impact plus important sur la stabilisation du taux de change. En effet, elle représente une invitation à la “dedolarisation” du commerce dans l’économie car les entreprises ne font pas qu’indiquer les prix en dollars mais elles fixent aussi leur taux. “La double circulation monétaire dans le commerce en Haïti pose problème. Il revient au gouvernement de prendre les mesures pour la rendre effective à la suite d’une bonne réflexion pour ne pas répéter l’erreur commise en 2018. Cette maladresse a aussi causé des effets pervers sur le taux de change”, a-t-il rappelé.

“La circulaire ne fait que toucher une partie du problème. Le marché des changes fonctionne dans le désordre. La BRH doit aussi intervenir pour fixer le taux car des entreprises de commerce se sont aussi lancées dans des opérations de change en vendant le dollar à un taux très élevé alors qu’elles ne sont pas habilitées à le faire. Elles gagnent de l’argent et évitent aussi à acheter le dollar dans le système bancaire. Mais ceci reste néfaste pour l’économie”, a-t-il expliqué.

S’il est vrai que la circulaire prétend à de grands changements sur le marché des changes, mais sans un train de mesures d’accompagnement elle risque de n’avoir trop peu d’effet. Parmi les mesures nécessaires, Enomy Germain conseille la surveillance accrue de la BRH des activités des maisons et bureaux de transfert pour protéger effectivement les bénéficiaires lésés quand le taux de référence n’est pas respecté, pour protéger aussi ceux qui veulent recevoir le transfert sur leur compte bancaire.

A lire aussi:

– Haïti- Économie- Dédolarisation – Taux de change- Enomy Germain- BRH

%d bloggers like this: