Monday, September 28, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Haïti : L’essentiel de l’actualité du mardi 15 septembre 2020

Haïti : l’essentiel de l’actualité Ne ratez aucune info, Retrouvez toutes les informations et l’essentiel de l’actualité Haïtienne tous les…

By juno7 , in ACTUALITÉS , at September 15, 2020 Tags: ,

img

Haïti : l’essentiel de l’actualité

Ne ratez aucune info, Retrouvez toutes les informations et l’essentiel de l’actualité Haïtienne tous les jours sur Juno7.

Tension à Port-au-Prince: des hommes encagoulés sèment la panique

Des hommes armés encagoulés dont certains se réclamant du regroupement Fantôme 509  crachent le tonnerre dans la capitale haïtienne ce lundi 14 septembre 2020.
Les protestataires qui exigent la libération du policier Jean Pascal Alexandre disent n’avoir aucune destination précise.
Selon eux, la capitale et ses environs ne connaîtront pas de paix tant que leur frère d’arme, Jean Pascal Alexandre, écroué au Pénitencier National ne recouvre pas sa libération.

Tension à Port-au-Prince, vague d’incendies et menaces contre autrui: le MJSP, le MCC et l’ONI condamnent

Depuis quelques jours, les violences armées, les incendies de véhicules, les menaces ciblant des personnalités connues et des institutions deviennent monnaie courante. Les rues de la capitale haïtienne sont en ébullition avec des manifestations organisées tantôt par des membres du regroupement Fantôme 509, tantôt par des lycéens et des enseignants dont les conséquences sur la vie et les biens d’autruis s’avèrent plus que graves. Via des communiqués respectifs, le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique, le Ministère de la Culture et de la Communication et l’Office National d’Identification réagissent en condamnent des exactions ciblées.

La FJKL exprime ses inquiétudes sur la suite de l’enquête sur l’assassinat de Me Dorval

La Fondasyon Je Klere exprime ses inquiétudes sur la suite de l’enquête judiciaire ouverte autour de l’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval à la suite de la libération sous pression le samedi 12 septembre dernier des 5 policiers de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO) chargés de surveiller la résidence du feu Bâtonnier, mise sous scellée par les autorités judiciaires. La libération des 5 policiers à la suite d’un mouvement violent de leurs compagnons d’armes laisse planer le doute sur la volonté des autorités judiciaires de rendre justice à l’éminent juriste et professeur à travers l’identification, la recherche et le jugement des assassins de maître Monferrier Dorval déplore l’organisation de défense des droits humains dans une note en date du 13 septembre 2020.

Assassinat de Me Dorval: le barreau proteste contre l’intrusion du PM Jouthe et de Renan Hédouville

Après les sorties fracassantes du premier ministre Joseph Jouthe pour exiger la libération des cinq policiers et du protecteur du citoyen qui a qualifié le chef du parquet de “crétin” pour avoir pris une décision qui a provoqué des tensions dans la capitale, le Conseil de l’Ordre des Avocats de Port- au – Prince est monté au créneau pour protester contre l’attitude de ces hauts dignitaires en la qualifiant d’une “intrusion” dans l’enquête sur l’assassinat du bâtonnier.

Assassinat de Me Dorval :des Barreaux de 47 pays sollicitent une commission d’enquête internationale

Le dossier de l’assassinat du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval prend davantage d’ampleur avec le soutien international exprimé à travers au moins 47 barreaux dans le monde. Les autorités sont plus que jamais attendus au tournant. La Conférence internationale des barreaux (CIB) réunissant l’ensemble des barreaux et organisations nationales et internationales de barreaux, dans une correspondance adressée au président de la République, Jovenel Moïse, a fait part d’un “sentiment profond de révolte à la suite de l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval” et réclame justice pour ce dernier.

Menaces contre la RTVC : l’OPC se solidarise, le BINUH préoccupé

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dit condamner les menaces proférées à l’encontre de la Radio Télévision Caraïbes (RTVC) d’où qu’elle puisse venir. L’organisation de protection et de promotion des droits humains se dit solidaire de la direction et du personnel de la station.
«Menacer un média pour les informations et les opinions qu’il diffuse est contraire aux valeurs et libertés consacrées par la Constitution de 1987 ainsi que les accords, traités et conventions ratifiés par Haïti» rappelle L’Office de la Protection du Citoyen dans cette note signée du Protecteur Renan Hedouville. Le BINUH se dit préoccupé par ces menaces

Dans une note publiée ce midi sur son compte Twitter officiel, le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) souligne qu’il n’y a pas de stabilité sans liberté d’expression ainsi que sans médias libres. Le BINUH se dit préoccupé par ces menaces dont fait état la station de la Rue Chavannes.

Le projet de loi organique de l’université d’État d’Haïti remis au Conseil Exécutif

La Commission de finalisation du projet de loi organique de l’Université d’État d’Haïti, a soumis, le vendredi 4 septembre 2020, son rapport de travail aux trois membres du Conseil Exécutif de l’UEH: le recteur Fritz Deshommes et les vice-recteurs Jacques Blaise et Jean Poincy. Selon le secrétaire générale de l’Université d’Etat d’Haïti, Wilson Dorlus, ledit rapport de plus de 100 pages, préparé par les professeurs Jean-Marie Raymond Noël, Audalbert Bien-Aimé, Biladson Cadélus, Mona Jean et Luné Roc Pierre-Louis, contient les travaux de synthèse et de proposition sur le projet de loi organique de l’université qui ambitionnent de faire de l’UEH une institution plus forte.

Une Cour d’appel autorise Trump à mettre fin au TPS pour environ 400 000 immigrants

Une cour d’appel fédérale des États-Unis a autorisé, par une décision judiciaire prise ce lundi, l’administration Trump à mettre fin aux protections humanitaires (Temporary protected status, TPS) pour environ 400 000 immigrants du Soudan, du Nicaragua, d’Haïti et du Salvador. Cette décision signifie que des ressortissants de pays comme El Salvador ou Haïti qui ont obtenu un statut de protection temporaire après avoir fui une catastrophe naturelle et la guerre peuvent être forcés de rentrer chez eux.

Ces ressortissants qui jouissent du Temporary Protected Status et ont vécu aux États-Unis pendant longtemps pourraient éventuellement être expulsés du jour au lendemain.

%d bloggers like this: