Saturday, November 21, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Discours du Président Jovenel Moïse : Inauguration du nouveau bâtiment de la Cour des Comptes

Tweet Inauguration bâtiment Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) 3 Novembre 2020 Peuple haïtien, mes Frères et…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at November 4, 2020 Tags: ,

img

Inauguration bâtiment Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA)

3 Novembre 2020

Peuple haïtien, mes Frères et ​​Sœurs, vous qui m’écoutez aux 4 coins du pays et en Diapora,

Le problème de l’insécurité veut attaquer les fondations de la nation, de nombreux actes de brigandage (désordre) se produisent dans de nombreux endroits à travers le monde mais ce ne sont pas des exemples pour nous, j’ai été informe que deux avis de recherche ont été émis contre les principaux suspects de cette jeune fille qui étaient en classe de philosophie, c’est-à-dire qu’elle était en passe de devenir une grande femme demain. La police et la justice, je n’attends pas seulement des avis de recherche de votre part, mais l’arrestation des auteurs de tous les meurtres commis contre de paisibles citoyens dans le pays. La population veut savoir que les criminels ont été appréhendés. Tous ceux qui obtiennent leur salaire de l’État, c’est l’argent du peuple vous gagnez, que vous soyez policiers, juges, procureurs, ministres, etc., tous ceux qui sont là pour apporter la paix et la sécurité dans le pays doivent montrer clairement à la population que les bandits, les ravisseurs, les assassins ont commencé à changer de profession.

            Je suis très heureux ce matin d’inaugurer ce bel édifice qui pourra héberger la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif du pays. Il y a plusieurs phrases que j’ai toujours aimé répéter pendant la campagne, telles que: « Je corrigerai tout ce qui a été mal fait.  Je vais innover dans tous les domaines qui méritent de l’innovation. Je consoliderai tout ce qui a été bien fait ».

Quand j’inaugure ce beau bâtiment ce matin, cela s’inscrit dans la continuité de l’Etat, dans le cadre de la consolidation de ce que faisaient ceux qui sont passés avant moi. Si l’ancien chef de l’Etat n’avait pas pris la décision de construire cet édifice, je devrais le construire, car c’est une nécessité.

Tous les travaux que je suis en train d’effectuer ici comme: la construction de l’aéroport de Jérémie et des rues de la ville, la construction des barrages de Maryon et Latannerie, la construction de la route de Carrefour Joffre-Anse-à-Foleur, la construction de la route Hinche/ Saint Raphael, l’achèvement de la construction de la route de Jérémie, la  restauration de tous les réseaux électriques de la zone métropolitaine et le reste des communes sur tout le territoire, la réparation des centrales en panne et l’augmentation de leur capacité au Cap-Haïtien, Gonaïves, Les Cayes, Anse-à-Veau, Petit-Trou-de-Nippes, Marchand Dessalines, Petit Goâve, Jacmel, Saint-Marc, Fort  Liberté, Jérémie, Vieux Bourg d’Aquin, Drouet dans la commune de Liancourt, Varreux à Port-au-Prince, Péligre et Carrefour  dans le Plateau central, la construction de nouvelles centrales électriques à Port-de-Paix et Carrefour, sans compter, toutes les mesures que nous avons prises dans le domaine économique pour permettre à la population de faire face au problème de cherté de la vie.

Si nous n’avions pas fait tout cela, le président qui me succédera lors des prochaines élections qui auront lieu devrait le faire, car il est nécessaire qu’elles se tiennent.

Aujourd’hui, nous avons décidé de résoudre complètement le problème d’absence d’électricité. Le prochain président n’aura pas de problème de coupures d’électricité (black-out) à résoudre. C’est ce qu’on appelle la continuité de l’État.

Alors quand il y a un groupe de personnes, il y a un secteur qui crée l’instabilité pour empêcher au président de travailler, c’est le pays qui sera en retard dans son développement. Quand il y a de grands secteurs puissants ayant de gros moyens qui financent l’instabilité politique pour continuer à abuser la population.

Quand l’état a fini de construire ces belles routes et qu’en réclamant la transition vous obligez des innocents à brûler des pneus sur l’asphalte, c’est que vous ne voulez pas que le peuple ait des routes en bon état pour circuler librement.

Quand l’État s’est efforcé d’acheter beaucoup d’équipements et matériels pour construire des routes, curer les canaux et les rivières, ramasser les ordures, et qu’un groupe de personnes incendient ces engins, ce sont nos villes qui ne seront plus propres, et ce sont des gens qui vont mourir lors des pluies torrentielles, nos champs agricoles seront éliminés car les canaux ne sont pas curés. Lorsque les institutions étatiques ne fonctionnent en harmonie, cest le peuple qui n’obtiendra pas de service.

Quand un pouvoir dans l’État bloque d’autres pouvoirs pour empêcher à d’autres institutions d’exercer leur rôle et d’accomplir leurs devoirs normalement, c’est un mauvais signal que nous envoyons au peuple. La stabilité du pays est en danger. Le peuple prend note. Et le peuple se pose des questions au sujet de qui ne lui fournit pas de bons service et qui veut le sortir de cette mauvaise situation dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

Je suis très content, car une grande institution comme la Cour des Comptes n’aura pas à déménager constamment. L’institution a ses propres locaux qui lui appartienent. Une institution si noble méritait d’avoir un local aussi prestigieux comme elle. Les membres de la Cour des Comptes, les employés et tout le personnel pourront travailler dans un bel espace qui leur permettra d’être plus efficaces. Je voudrais demander au Ministère des Finances de s’asseoir avec le Président de la Cour des Comptes pour connaître les besoins de l’équipe, afin que ce bâtiment puisse être correctement entretenu.

Mesdames et messieurs, messieurs

Je ne veux pas manquer cette occasion de parler un peu de l’unité qui doit exister dans l’État. L’Etat est un ; bien qu’il comporte plusieurs pouvoirs, plusieurs institutions qui le composent. S’il n’y a pas d’unité, de solidarité, de bonne entente les uns pour les autres, de pourparlers entre eux, l’État ne sera pas efficace. Les différents pouvoirs et institutions qui composent l’État deviendront un gros monstre, un gros serpent à 7 têtes qui suce, dévore le peuple au lieu de le servir.

Tout le peuple qui symbolise l’Etat, à commencer par moi-même le Président de la République, en passant par le Premier Ministre, les Ministres, les Secrétaires d’Etat, les Sénateurs, Députés, Délégués, Vice-Délégués, Directeur Généraux, tous les autres grands fonctionnaires publics, les Magistrats, les Juges, les CASECs, les AZECs, Délégués de  ville, etc. Tous, nous avons un suel chef. Nous sommes ici pour une seule cause: «Servir le peuple».

A chaque fois que l’un de nous fait bien son travail, le peuple souffre. A chaque fois que nous ne nous entendons pas pour prendre les meilleures décisions qui sont bonnes pour le peuple, sachez que nous travaillons au détriment du peuple qui paie pour mon salaire ainsi que le votre.

Servir un peuple n’est pas une tâche facile, mais cest une tâche noble. Cela vous oblige à faire le depassement de soi (à se surpasser). Il faut parfois s’oublier soi-même, oublier sa famille, oublier ses amis, mettre de côté ses affaires personnelles pour se consacrer entièrement au service de la population. C’est un grand sacrifice que chaque fonctionnaire de l’État doit faire.

L’article 136 de la Constitution me donne le droit de garantir le bon fonctionnement de toutes les institutions. Parce que lorsque les institutions fonctionnent bien, le grand gagnant est le peuple. Et pour que les institutions fonctionnent correctement, tous les pouvoirs de l’État et de l’institution doivent être en harmonie.

C’est pourquoi depuis que je suis arrivé à la tête de l’Etat, j’ai fait de grands efforts pour trouver un équilibre entre les 3 pouvoirs de l’Etat et pour faire fonctionner toutes les institutions en paix, en harmonie, dans le respect les unes des autres. Dans toutes mes interventions publiques et privées, je prêche toujours la paix, l’unité, l’unité, la solidarité. Et je continuerai de le faire. J’évite toujours la confrontation. Je choisis la voie du dialogue. Je choisis la voie du consensus. Parce que c’est ce que je crois. Parce que c’est la démocratie.

L’article 136 de la Constitution me donne le droit de garantir le bon fonctionnement de toutes les institutions. Parce que lorsque les institutions fonctionnent bien, le grand gagnant est le peuple. Et pour que les institutions fonctionnent correctement, tous les pouvoirs de l’État et les institutions doivent être en harmonie.

C’est pourquoi dès mon arrivée à la tête de l’Etat, j’ai fait de grands efforts pour trouver un équilibre entre les 3 pouvoirs de l’Etat et pour faire fonctionner toutes les institutions dans la paix, l’harmonie, dans le respect les unes des autres. Dans toutes mes interventions publiques et privées, je prêche toujours la paix, l’unité, l’union, la solidarité. Et je continuerai de le faire. J’évite toujours la confrontation. Je choisis la voie du dialogue. Je choisis la voie du consensus. Parce que c’est ce que je crois. Parce que c’est la démocratie.

Je demande à tous les pouvoirs de l’Etat et aux institutions de faire leur travail. Je m’efforce de diriger le pays dans le respect de la loi, dans le respect des règles et principes démocratiques. Je fais cela sans piétiner les droits et le pouvoir d’aucun autre pouvoir et institution. J’agis toujours dans les limites du pouvoir que me donne la constitution. De même, j’exhorte tous les autres pouvoirs et institutions à faire leur travail. Respectez les limites fixées par la loi lorsque vous agissez.

         Vous tous qui m’ecoutez, vous voyez clairement pourquoi il doit y avoir une parfaite  harmonie et une bonne entente entre les institutions et les pouvoirs de l’État. Aucune institution ne sera forte sans les autres institutions.

À l’intérieur de l’État, il y a un pouvoir qui complète un autre pouvoir. C’est une institution qui complète une autre institution. Alors, quand nous nous unissons tous, quand nous regardons tous dans la même direction, quand nous nous soutenons mutuellement, l’État deviendra fort.

Notre devise est «L’union fait la force».

Nous devons unir nos forces pour lutter contre la corruption, la contrebande, la surfacturation, la division, la haine, l’insécurité, l’instabilité, la violence sous toutes ses formes, le sous-développement, l’analphabétisme, la pauvreté, la précarité, l’exclusion sous toutes ses formes qu’elle soit économique, sociale, politique, culturelle, etc.

Les défis qui nous attendent exigent que nous soyons courageux, solidaires, nos institutions doivent etre fortes pour le ssurmonter. Sinon, nous ne serons pas en mesure de les vaincre. Et nous pouvons tous disparaître dans la violence aveugle des forces obscures qui sont les ennemis de la patrie.

Aujourd’hui, je demande à chacun qui est placé à la tête d’une institution de l’Etat de s’évaluer, d’évaluer son comportement. Demandez-vous est-ce que vous étiez censé être là à cette fonction? Qu’est-ce que vous auriez du faire et que vous ne laviez pas fait? Que pourriez-vous faire et que vous ne lavez pas fait? Qu’est ce que vous devriez bien faire et que vous l’avez mal fait?

Souvent, nous sommes plus intéressés par les privilèges et avantages que nous offre le poste, sans nous soucier de nos devoirs. Nous n’avons pas été employés par l’État pour devenir riche ou pour profiter uniquement des privilèges. Nous avons accepté un emploi dans l’État pour servir notre pays, pour servir le peuple. A chaque fois que vous acceptez un emploi dans l’État pour devenir riche, vous devez savoir que c’est le peuple qui devient plus pauvre.

Mesdames et Messieurs, Messieurs,

Haïtiens, Haïtiens qui m’ecoutez en Haiti et dans la diaspora

Je reste environ 16 mois à passer à la tête de l’Etat. Les grandes réformes que je suis en train d’entamer et qui semblent bonnes pour tout le pays exigent de nombreux sacrifices, de nombreuses transcendances et un bon raisonnement de la prt de chaque acteur, de chaque institution pour s’accomplir. Nombre de ces réformes ne seront pas possibles sans le soutien et la compréhension des autres pouvoirs et institutions importants de l’État. J’ai surtout besoin du soutien de la population pour réaliser ces réformes.

Qu’il s’agisse de la réforme des infrastructures du pays telles que l’électricité 24/24, l’installation de pompes à eau et de systèmes solaires dans tout le pays, que ce soit la construction de routes et la connexion des zones de production agricole avec les zones de consommation, que ce soit la réforme des produits pétroliers, que ce soit la modernisation et la numérisation de l’administration publique, que ce soit la lutte contre la corruption, que ce soit la réforme de la constitution qui équilibrera le pouvoir de l’État et permettra au pays d’être bien gouverné, je reste convaincu que ce sont les voies à prendre. Parce qu’ils sont la voie du développement, de la croissance économique et de la stabilité reelle.

J’exhorte toutes les institutions, tous les pouvoirs concernés à collaborer sans réserve pour concrétiser ces réformes foncières. Le pays vous en sera reconnaissant. Les générations futures devront nous remercier pour cela.

Avant de conclure, je voudrais saluer toutes les institutions qui ont joué un rôle dans la construction de ce magnifique bâtiment. Je dis félicitations à l’UCLBP. Je tiens à féliciter le directeur de l’entreprise de construction, ses ingénieurs et ouvriers, l’entreprise qui a assuré la supervision pour ce merveilleux travail.

Je ne veux pas manquer cette occasion pour rappeler à tous les acteurs politiques, à tous les membres de la société civile, aux leaders religieux, aux forces économiques et à toutes les forces vives de la nation que le train de la solidarité, le train de la coexistence, le train de la stabilité, le train de l’unité, le train de la réconciliation dont je mentionne  toujours n’est pas trop loin pour démarrer. Dépêchez-vous et prenez votre place. Il y a de la place pour nous tous. Le moment est venu pour nous de parvenir à un accord historique, personne ne viendra le faire à notre place, c’est notre devoir, c’est notre obligation devant la nation de sauver les générations futures, de mettre notre orgeuil de côté, nous devons dialoguer pour que nous puissions sortir le pays des griffes de cette situation qui maintient le pays dans l’insécurité, la misère et l’exclusion sociale depuis 1806 à nos jours.

                               Vive nos institutions! Vive Haïti

                                        Que Dieu bénisse Haïti

                                              Ayibobo pour Haïti

                                                      Merci beaucoup

==================================================

CREOLE

Diskou Prezidan Repiblik la, Mesye Jovenel MOÏSE

Inogirasyon bilding Kou Siperyè de Kont ak Litij Administratif/

Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA)

Nan dat 3 Novanm 2020

Fòmil apèl…

Pèp Ayisyen, Frèm ak Sèm kap koute m nan 4 kwen peyia ak nan Diapora,

   Pwoblem ensekirite a soti pou atake fondman nasyon an, anpil zak briganday ap pase plizyè kote dan lemondantye men sa yo paka ekzanp pou nou, mwen pran nouvèl ke avi de rechèch mete kont prensipal sispèk nan zak asasinay ki fèt sou jèn ekolye a, yon ti moun ki tap fè filozofi, sa vle di li te nan wout poul vini yon gwo fanm demen. Lapolis ak lajistis se pa avi de rechech sèlman map tann nan men nou, men se koupab tout zak sasinay ki fèt sou sitwayen pezib nan peyi a. Pèp la bezwen konnen ke kriminèl yo anba kòd. Tout moun kap touche lajan leta se lajan pèp la ke wap touche, ke w se polisye, jij, komisè, minis elatriye, tout moun ki la pou mete lapè ak sekirite nan peyi a fòk nou montre pèp la  klè ke bandi, kidnapè, asasen komanse chanje metye.

          Mwen kontan anpil maten an pou m inogire bèl batiman sa ka pral resevwa Koudèkont ak Kontansye Administratif peyi a. Gen plizyè fwaz mwen te toujou renmen repete lèm te nan kanpay tankou : «  Mwen pral korije tout sa ki te fèt mal. Mwen pral inove nan tout domèn ki merite gen inovasyon. Mwen pral konsolide tout sa ki te byen fèt ». 

        Lè map inogire bèl Batiman sa maten an, sa rantre nan kad kontinyite Leta, nan kad konsolide sa moun ki te pase avanm yo te fè. Si moun ki te nan tèt Leta pat pran desizyon pou te konstwi batiman sa, mwen ta pral oblije konstwi l, paske se yon nesesite.

Tout travay map fè la yo tankou :konstwi aewopò jeremi ak ri nan vil la, konstwi Baraj Maryon ak baraj latanri, konstwi wout Kafou Jòf- Ans-à-Folè a, konstwi wout ench/senrafael la, fini ak konstwiksyon wout kay-Jeremi, refè tout rezo elektrik zòn metwopolitèn nan ak tout rès komin nan tout peyi a, repare santral elektrik ki an pann ak ogmante kapasite yo nan Okap, Gonayiv, Okay, Ansavo, petit twou de nip, Machan Desalin, Tigwav, Jakmel, Senmak, Fòlibète, Jeremi, Vyeboudakin, dwè nan komin Liankou, vare nan pòtoprens, pelig nan Plato santral, konstwiksyon santwal elektrik tounèf nan pòdepè ak kafou san konte tout mezi nou pran nan domèn ekonomik pou nou leve eskanp figi goud la ki fè jodi a majorite popilasyon an rale yon souf nan kesyon lavi chè a.

Si nou pat fè tout bagay sa yo, Prezidan ki pral vi n aprèm nan kap sot nan eleksyon ki gen pou fèt yo ta pral oblije fè yo, paske se yon nesesite pou yo te fèt.

            Jodi nou pran desizyon pou n rezoud kesyon blakawout la nèt. Prezidan kap vi n aprèm nan pap gen pwoblèm blakawout pou l rezoud. Sa rele kontinyite Leta.

  Kidonk lè gen yon gwoup moun,  gen yon sektè  kap kreye enstabilite pou yon Prezidan pa travay, se peyi a kap anreta nan devlopman l. Lè gen gwo sektè pwisan ak gwo mwayen kap finanse enstabilite politik pou yo toujou ap souse manmel.

Lè leta fi n konstwi bèl wout sa yo e pi nan mande tranzisyon ou fè yon bann inosan al boule kawoutchou sou asfat la, se pèp la ou pa vle gen bon wout pou l sikile lib e libè.

Lè Leta fè jefò pou achte yon bann   ak  yon pakèt ekipman ak materyèl pou konstwi wout, kire kanal ak rivyè, pou ranmase fatra, e pi yon gwoup moun boule yo, se vil nou yo ki pap pwòp, se moun kap mouri lè rivyè desan, se jaden nou yo kap pèdi paske kanal yo pa kire. Lè enstitisyon leta yo pa travay annamoni se pèp la ki pap jwenn sèvis.

Lè gen pouvwa nan Leta kap bloke lòt pouvwa pou anpeche lòt enstitisyon jwi wòl yo, fè devwa kòm sa dwa, se move siyal nou voye bay pèp la. Se estabilite peyi a ki an danje. Pèp la ap pran nòt. E pèp la ap poze tèt li kesyon sou kiyès ki pap sèvi l kom sadwa ak kiyès ki vle retire l nan katchouboumbe sa ke l trouve l jodi a.

Mwen kontan anpil, paske yon gwo enstitisyon tankou Koudèkont pa pral oblije ap demenaje tout tan. Enstitisyon an gen pwòp lokal li ki rele l chè mèt chè mètrès. Yon enstitisyon ki si nòb te merite pou l gen yon lokal ki sanble avè l. Manm Koudèkont yo, kad  yo, ak tout anplwaye yo pral ka travay nan yon bèl espas ki pwal pèmèt yo pi efikas. Map mande Ministè finans pou l chita prese prese ak prezidan koudèkont la pou konnen bezwen ekip la, pou yo ka byen antreteni batiman sa.

Mèdam, Mèdmwazèl, Mèsye

         Mwen pa vle rate okazyon sa pou m fè yon ti pale sou inite ki dwe genyen nan Leta a. Leta se yon sèl, menm si l gen ladann plizyè pouvwa, plizyè enstitisyon ki konpoze l. Si pa gen inite, solidarite, bon konpreansyon yonn pou lòtchita pale yonn ak lòt, Leta pap efikas. Diferan pouvwa ak enstitisyon ki konpoze Leta a ap tounen yon gwo mons, yon gwo koulèv 7 tètkap souse, kap devore pèp la olye l sèvi l.

         Tout moun ki nan Leta, kòmanse pa mwen menm Prezidan Repiblik la, pase pran Premye Minis, Minis, Sekretè deta, Senatè, Depite, Delege, Vis-delege, Direktè jeneral, tout lòt gwo fonksyone piblik yo, Magistra, Jij, kazèk, Azèk, Delege vil, etc… Nou tout gen yon sèl patwon. Nou la pou yon sèl bagay : « Sèvi pèp la ».

Chak fwa yonn nan nou pa fè jòb nou byen, se pèp la kap soufri. Chak fwa nou pa antann nou pou n pran pi bon desizyon kap bon pou pèp la, konnen ke nap travay odetriman pèp la ki peye ni mwen ni nou.

          Sèvi yon Pèp pa yon djòb fasil, men se yon djòb ki nòb. Li mande pou w fè depasman. Li mande pou w bliye tèt ou pafwa, blye fanmi w, blye zanmi w, mete akote zafè pèsonèl ou pou w bay tèt ou toutantye pou sèvi pèp la. Se yon gwo sakrifis ke chak moun ki nan Leta dwe fè.

           Atik 136 konstitisyon an banm dwa pou m veye pou tout enstitisyon yo byen fonksyone. Paske lè enstitisyon yo byen fonksyone, gwo gayan an se pèp la. E pou enstitisyon yo byen fonksyone fòk tout pouvwa Leta yo ak enstitisyon an amoni antre yo.

Se pou tèt sa depi m rive nan tèt Leta a, mwen fè anpil jefò pou m fè ekilib ant 3 pouvwa Leta yo e pou m fè tout enstitisyon fonksyone nan lapè, nan amoni, nan respè yonn pou lòt. Nan tout entèvansyon ni piblik ni prive ke m fè, mwen toujou ap preche lapè, linite, linyon, solidarite. E map kontinye fè sa. Mwen toujou evite konfwontasyon. Mwen chwazi wout dyalòg. Mwen chwazi wout konsansis. Paske se nan sa m kwè. Paske se sa ki demokrasi.

  Map mande pou tout pouvwa Leta yo ak enstitisyon yo pou yo fè djòb yo. Mwen fè jefò pou m dirije peyi a nan respè lalwa, nan respekte règ ak prensip demokratik yo. Mwen fè sa sanm pa pilonnen anba pye dwa ak pouvwa okenn lòt pouvwa ak enstitisyon. Mwen toujou aji nan limit pouvwa konstitisyon an ban mwen. Menm jan, m ap mande pou tout lòt pouvwa ak enstitisyon yo fè jòb pa yo. Respektelimit ke la lwa ba yo lè yap aji.

         Nou tout kap tande m la wè aklè pouki dwe gen bon amoni ak antant ant enstitisyon ak pouvwa Leta yo. Okenn enstitisyon pap gen fòs san lòt enstitisyon yo.

Andedan Leta a se yon pouvwa ki konplete yon lòt pouvwa. Se yon enstitisyon ki konplete yon lòt enstitisyon. Kidonk lè nou tout met ansanm, lè nou tout ap gade nan menm direksyon, lè yonn ap sipòte lòt, Leta a ap vi n fò.

Deviz nou se “L’union fait la force”.

Nou dwe met fòs nou ansanm pou konbat koripsyon, kontrebann, sifaktirasyon, divizyon, la èn, ensekirite, enstabilite, vyolans sou tout fòm, soudevlopman, analfabetizasyon, mizè, prekarite, eksklizyon sou tout fòm  kit li ekonomik, sosyal, politik, kiltirèl elatriye.

        Defi kap tann nou yo mande fòk nou gen kouraj, fòk nou solidè, fòk enstitisyon nou yo djanm pou nou simonte yo. Sinon nou pap ka fè fas kare ak yo. E nou tout ka disparèt anba vyolans avèg fòs fè nwa yo ki se lènmi patri a.

        Jodi a mwen mande chak moun ki nan tèt yon enstitisyon nan Leta pou evalye tèt ou, evalye konpòtman w. Mande tèt ou eske se ou ki te dwe la ? Kisa w te dwe fè ou pa fè ? Kisa w te ka fè ou pa fè ? Kisa w te dwe fè byen, men ou fèl mal ?

Souvan nou enterese plis ak privilèj e avantaj djòb la ofri nou, san nou pa fè okenn sousi pou devwa nou. Nou pat pran djòb nan Leta pou n te vi n rich, ni pou n te vi n jwi privilèj sèlman. Nou te pran djòb nan Leta pou n sèvi peyi nou, pou n sèvi pèp la. Chak fwa ou aksepte pran djòb nan Leta pou vin rich, ou dwe konnen se pèp la ki vin pi pòv.

Mèdam, Mèdmwazèl, Mèsye,

Ayisyen, Ayisyèn kap koutem nan 4 kwen peyi a ak nan Dyaspora

        Mwen rete anviron 16 mwa pou m pase nan tèt Leta a. Gwo refòm mwen kòmanse yo e kap bon pou tout peyi a mande anpil sakrifis, anpil depasman ak bon rezònman kay chak aktè, chak enstitisyon pou yo akonpli. Anpil nan refòm sa yo pap posib sim pa jwenn sipò e konpreyansyon lòt pouvwa ak enstitisyon enpòtan nan Leta a. Map bezwen sitou sipò pèp la pou m fè refòm sa yo ateri.

Kit se refòm nan kesyon enfwastrikti peyi a tankou kouran 24/24 la, enstale ponp dlo ak sistèm solè nan tout peyi a, kit se kontwi wout e konekte zòn pwodiksyon agrikòl yo ak zòn konsomasyon yo, kit se refòm nan zafé pwodwi petwolye yo, kit se modènize ak nimerize administrasyon piblik la, kit se lit kont koripsyon an, kit se refòm konstitisyon an ka pral mete ekilib nan mitan pouvwa Leta yo e ki pral pèmèt peyi a byen gouvène, mwen rete kwè ke se wout sa yo pou n pran. Paske se yo ki wout chimen devlopman, kwasans ekonomik e estabilite tout bon vre.

         Map mande chak enstitisyon, chak pouvwa ki konsène pou yo pote kole san rezèv pou refòm sa yo ka ateri. Peyi a ap rekonesan anvè nou. Jenerasyon kap vini yo ap gen pou di nou mèsi pou sa.

         Avanm fini, mwen ta renmen bat yon gwo bwavo pou tout enstitisyon ki te jwe yon wòl kelkonk nan konstriksyon bèl batiman sa. M ap di UCLBP konpliman. M ap di responsab antrepriz konstriksyon an, enjenyè ak ouvriye li yo, Antrepriz sipèvizyon an konpliman pou bèl travay sa.

   Mwen pa vle rate okazyon sa pou m raple tout aktè politik yo, tout moun nan sosyete sivil la, lidè relijye yo, fòs ekonomik yo e tout fòs viv nasyon an ke tren solidarite a, tren viv ansanm nan, tren estabilite a, tren linyon an, tren rekonsilyasyon an mwen toujou ap pale nou an pa two lwen pou l derape. Prese vi n pran plas nou. Gen plas pou nou tout. Moman an rive pou nou jwen yon  antant istorik antrenou, pèsonn pap vin fè sa pou nou, se devwa nou, se yon obligasyon nou genyen devan nasyon an pou nou sove jenerasyon kap vini yo, mete ògèy nou a kote, fok nou chita tande yonn lòt pou nou ka rive retire peyi a anba grif zago loray kap kenbe peyi a nan ensekirite, mizè ak esklisyon sosyal depi 1806 jiska jounen jodia.

                               Viv Enstitisyon nou yo ! Viv Ayiti

                                        Ke Bondye beni Ayiti

                                              Ayibobo pou Ayiti

                                                      Mèsi anpil

%d bloggers like this: