Tuesday, November 24, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Des parlementaires américains demandent à Mike Pompeo de ne pas supporter des élections précipitées en Haïti

Des parlementaires américains demandent à Mike Pompeo de désapprouver des élections précipitées en Haïti. Un groupe de sénateurs et députés…

By Jinaud Augustin , in ACTUALITÉS , at October 17, 2020 Tags: , , , , ,

img

Des parlementaires américains demandent à Mike Pompeo de désapprouver des élections précipitées en Haïti.

Un groupe de sénateurs et députés américains ont adressé une correspondance au secrétaire d’État américain Mike Pompeo pour lui demander instamment d’utiliser la voix des États-Unis pour soutenir des élections libres et équitables en Haïti qui respectent la constitution haïtienne. Car selon eux, les préoccupations légitimes de la société civile haïtienne liées à l’absence d’un dialogue inclusif, la nomination anticonstitutionnelle du conseil électoral pourraient faire plus de mal à la démocratie et vicier le processus électoral.

Parmi les signataires de cette lettre on retrouve les congressman Frederica S. Wilson, James P. Mcgovern, David N. Cicilline, Barbara Lee, Joaquin Castro, Eleanor Holmes Norton, Ted Deutch, Adriano Espalliat, Marcia L. Fudge, Stacey E. Plaskett, Al Lawson, Andy Levin, Yvette D. Clarke, Val Demings, Ayanna Pressley, Alcee L. Hastings, André Carson, Sheila Jackson Lee. Aussi, les sénateurs Bernard Sanders et Elizabeth Warenn, anciens candidats au primaire démocrate, Edward J. Markey, Richard J. Durbin,

“Nous avons été alarmés de voir les récents commentaires des proches de l’administration Trump sur les élections en Haïti qui semblent indiquer que les élections devraient aller de l’avant même sans la large participation de la société civile prévue par la constitution et malgré les inquiétudes généralisées quant à la légitimité de l’actuel processus.

S’il est impératif que nous soutenions le retour à un ordre démocratique complet en Haïti, la politique américaine ne doit pas favoriser des élections précipitées qui pourraient déstabiliser davantage le système politique”, ont écrit ces parlementaires.

Ils demandent à Pompeo de veiller à ce que la politique étrangère américaine envers Haïti ne légitime pas un comportement antidémocratique. Les États-Unis, à travers leurs déclarations, leurs politiques et leurs programmes, doivent soutenir un processus électoral qui respecte la constitution haïtienne et reconnaît l’importance cruciale de la participation de la société civile dans tout processus démocratique.

” Nous sommes tous d’accord sur le fait que les élections en Haïti sont essentielles. Toutefois, comme vous le savez, le président Jovenel Moïse gouverne par décret depuis janvier, date à laquelle le mandat de la plupart des membres du Parlement a expiré sans qu’ils n’aient adopté la loi électorale nécessaire à la tenue d’élections législatives”, ont ajouté les membres du congrès américain.

Ils rappellent également que depuis le début de l’été, les neuf membres du conseil électoral provisoire ont démissionné, invoquant la nécessité pour le gouvernement d’engager un véritable dialogue avant l’organisation des élections.

” La décision du président Moïse de nommer par décret les membres du conseil électoral provisoire est troublante compte tenu de son mandat sans précédent de préparer un référendum constitutionnel et du manque de représentation au sein de ce conseil de secteurs clés de la société civile haïtienne, selon le vœu de la constitution haïtienne. Nous craignons que les récentes déclarations de hauts fonctionnaires du département d’État n’attisent encore plus la crise politique actuelle et n’entravent un dialogue significatif”, avancent les sénateurs et députés américains.

Ces conditions uniques, toujours selon ces parlementaires, rendent la perspective d’élections encore plus précaire. “Dans ce contexte, nous craignons, disent-ils, que les déclarations du Département d’État qui semblent encourager la tenue d’élections rapides sans tenir compte du rôle intégral de la société civile selon la constitution haïtienne ou les orientations constitutionnelles concernant la composition du conseil électoral provisoire puissent alimenter les inquiétudes du public quant à la légitimité de l’élection et conduisent à une plus grande instabilité.”

Ils ont par ailleurs demandé au Département d’État d’exprimer son soutien à un processus électoral démocratique en Haïti qui soit équitable, inclusif et constitutionnel. Le Département d’État devrait reconnaître les préoccupations légitimes de la société civile haïtienne liées à l’absence d’un dialogue inclusif, aux nominations anticonstitutionnelles du conseil électoral et à l’intimidation des acteurs de la société civile par le gouvernement.

Ces actions sont impératives pour garantir que le processus électoral en Haïti soit largement perçu comme légitime afin que la démocratie en Haïti puisse s’épanouir.

En savoir plus :

Le compte de campagne de Donald Trump suspendu par Twitter

%d bloggers like this: