Friday, November 20, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Des élèves du lycée Jacques Roumain une nouvelle fois dans les rues, 2 véhicules incendiés

Des élèves du lycée Jacques Roumain de Martissant et des citoyens ont une nouvelle fois manifesté dans les rues de…

By Jean Herntz ANTILUS , in ACTUALITÉS , at November 10, 2020 Tags: , ,

img

Des élèves du lycée Jacques Roumain de Martissant et des citoyens ont une nouvelle fois manifesté dans les rues de la capitale pour exiger justice pour Evelyne Sincère et les autres victimes de l’insécurité.

Port-au-Prince, Haïti.- L’annonce de l’arrestation de 3 complices d’Obed Joseph alias Kiki dans l’enlèvement suivi de l’assassinat d’Evelyne Sincère et leurs aveux n’ont pas refroidi l’ardeur de ses camarades du lycée Jacques Roumain qui continuent de réclamer justice pour la jeune lycéenne de 22 ans et les autres victimes de l’insécurité et du kidnapping notamment.

Ce lundi 9 novembre 2020, ils étaient encore plusieurs dizaines d’écoliers du Lycée Jacques Roumain de Martissant, la plupart en uniforme, et des citoyens à gagner les rues pour manifester. La marche est partie de la place publique de Fontamara 43. Au son de la musique rara et d’un « sound truck » sur lequel étaient montés les leaders pour véhiculer des messages en la circonstance.

Les manifestants ont sillonné plusieurs rues du centre-ville. Les écoliers protestataires ont réclamé la solidarité des autres écoles arguant que plus personne n’est à l’abri de l’insécurité qui sévit dans le pays actuellement.

Les protestataires se sont arrêtés devant le Parquet de Port-au-Prince pour demander au commissaire du gouvernement Ducarmel Gabriel des informations sur l’état d’avancement des enquêtes relatives à l’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval, de l’étudiant Grégory Saint-Hilaire et de la jeune lycéenne Evelyne Sincère. Dans un message solennel, ils ont dénoncé l’inaction des autorités judiciaires et policières qui selon eux n’affichent aucune volonté de combattre les actes de banditisme et d’insécurité.

Après avoir parcouru plusieurs rues du centre-ville au son de la musique et en scandant des slogans hostiles au pouvoir exécutif, les écoliers ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène au niveau de la rue de la Réunion par des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO).

Dans la foulée, 2 véhicules appartenant à la Police Nationale d’Haïti (PNH) ont été incendiés. Des barricades de pneus enflammés ont été également érigées dans plusieurs axes routiers de la capitale lors de cette nouvelle journée de protestation contre l’insécurité.

Les manifestants ont dénoncé la brutalité avec laquelle des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO) ont dispersé une manifestation pacifique à coup de gaz lacrymogène alors qu’ils ne faisaient que réclamer justice pour les victimes de l’insécurité dont des policiers.

En savoir plus:

Covid-19: un vaccin efficace à 90%, Donald Trump jubile

%d bloggers like this: