Saturday, October 17, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Culture – Il y a 150 ans, un philosophe a démontré pourquoi il est inutile de lancer des débats sur… Internet

Tweet Lundi 1er juin 2020 ((rezonodwes.com))–Même si quelqu’un se trompe de manière exaspérante ou si vous disposez de contre-preuves, il…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at June 1, 2020 Tags: , , ,

img

Lundi 1er juin 2020 ((rezonodwes.com))–Même si quelqu’un se trompe de manière exaspérante ou si vous disposez de contre-preuves, il est rare qu’une personne change d’avis en commençant à argumenter sur Internet. Il y a près d’un siècle et demi, le philosophe britannique John Stuart Mill a expliqué, en quelques phrases claires, pourquoi certains arguments ne mènent nulle part. Comme le note l’historien Robert Saunders, l’analyse de Mill s’applique parfaitement aux débats passionnés et futiles sur Internet, surtout chez des endoctrinés et des fanatiques manipulés par de vieilles rhétoriques et de creux slogans.

Mill souligne la réalité souvent négligée que de nombreuses opinions ne sont pas du tout basées sur des faits, mais sur des sentiments. Ainsi, les points d’information contradictoires ne modifient pas les arguments fondés sur l’émotion, mais incitent seulement les gens à creuser plus profondément leurs émotions pour s’accrocher à ces opinions.

Intuitivement, la plupart des gens reconnaissent que les émotions motivent les opinions, et se comportent en conséquence. Nous utilisons des techniques rhétoriques, telles que les fioritures verbales et les maniérismes confiants, pour aider à convaincre les autres de nos opinions. Et nous savons que les réactions de colère face, par exemple, à des preuves montrant que les enfants de parents homosexuels s’en sortent aussi bien que ceux élevés par des parents hétérosexuels, sont fondées sur des préjugés émotionnels plutôt que sur un désir profond de connaître les faits.

En ligne, lorsque nous ne pouvons pas voir le visage des autres ou leur humeur, il est facile de perdre de vue ces instincts émotionnels. Au lieu de s’intéresser aux sentiments des autres et de les respecter, on peut avoir tendance à bombarder de « faits » ceux qui ont des points de vue opposés. Mais même des points d’information apparemment solides, comme le tableau périodique, sont souvent fondés sur des perspectives subjectives ; une vaste théorie philosophique appelée « constructivisme social » soutient que les faits sont toujours le reflet de valeurs socialement construites. Il existe souvent de multiples façons d’interpréter un seul point d’information et, bien que certaines personnes aiment à penser qu’elles ont raison sur tout, il y a étonnamment peu de questions sur lesquelles il existe une opinion sans équivoque correcte.

Il y a peut-être peu d’espoir de convaincre d’autres personnes sur Internet de changer d’avis. Mais, comme le fait remarquer Saunders, Mill indique une autre approche.

Au lieu de chercher à convaincre les autres, nous pouvons être ouverts à changer d’avis et rechercher des informations qui contredisent notre propre point de vue. Il se peut que ceux qui ne sont pas d’accord avec vous aient en fait une solide connaissance des faits. Il y a une légère possibilité que, après tout, ce soit vous qui ayez tort.

Olivia Goldhill
source : getpocket.com

%d bloggers like this: