Saturday, November 21, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Cameroun – Libération du cardinal Tumi qui a été kidnappé jeudi par des gangs armés

Tweet Le cardinal Christian Tumi a été enlevé jeudi 5 novembre à Baba, dans l’arrondissement de Ndop, dans le Nord-Ouest…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at November 7, 2020 Tags: , ,

img

Le cardinal Christian Tumi a été enlevé jeudi 5 novembre à Baba, dans l’arrondissement de Ndop, dans le Nord-Ouest camerounais. Il a été libéré vendredi 6 novembre.

Vendredi 6 novembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’information a été confirmée par Mgr Samuel Kleda, archevêque de Daoula, annonçant que le cardinal Christian Tumi, 90 ans, archevêque émérite de Douala, vient d’être libéré. Il a été relâché par ses ravisseurs avec son chauffeur mais pas une dizaine d’autres personnes kidnappées avec eux près de Kumbo, dans la région du Nord-Ouest.

L’archevêque émérite de Douala a été enlevé dans l’après-midi du jeudi 5 novembre par un groupe d’hommes armés, sur la route entre Bamenda et Kumbo. Le roi de Kumbo, sa majesté Semh Mbinglo, le chef traditionnel sur place, a également été enlevé. 

L’archevêque de Douala, Mgr Samuel Kleda, a rapporté Vatican News, s’est entretenu jeudi 5 novembre par téléphone avec le cardinal Tumi, il venait alors d’être capturé, vers 18h heure locale, «il a été pris en otage». Détenu, le cardinal aurait donc accès de façon ponctuelle à un téléphone, «ce matin j’ai tenté de l’appeler mais impossible», détaille Mgr Kleda. 

Selon l’archevêque de Douala, ce sont les Amba Boys, un groupe anglophone réclamant l’indépendance du Nord-Ouest et du Sud-Ouest camerounais, qui sont à l’origine de l’enlèvement, et c’est la volonté de paix du cardinal Tumi qui est directement visée: «ces derniers temps, les Amba Boys multiplient des actions, les violences ont vraiment repris, le groupe ne veut pas qu’il y ait de rentrée». «Le cardinal est vraiment impliqué dans cette crise, il n’a jamais eu peur de se rendre là-bas et fait tout son possible pour la paix dans cette région» continue-t-il. «Nous nous rendons compte que la situation ne s’améliore pas», s’attriste l’archevêque de Douala. 

%d bloggers like this: