Tuesday, November 24, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


BâtonnierGate :  »Le peuple haïtien n’acceptera aucune enquête bâclée, aucune parodie de justice », prévient la Fondation Je Klere

Tweet Assassinat du Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier DORVAL: La FJKL note avec prudence et satisfaction…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at September 10, 2020 Tags: ,

img

Assassinat du Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier DORVAL: La FJKL note avec prudence et satisfaction l’évolution de l’enquête policière conduite sous la direction du nouveau commissaire du Gouvernement a.i près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Gabriel DUCARMEL

La FJKL tient à attirer l’attention des autorités policières et judiciaires que le peuple haïtien, dans ce dossier, n’acceptera aucune enquête bâclée, aucune parodie de justice. Toutes les personnes susceptibles d’aider à la manifestation de la vérité, à quelque titre que ce soit, doivent être entendues par les autorités policières et judiciaires. Aucune excuse ne doit être tolérée. Aucune immunité, aucune puissance économique ou politique ne doitse dresser en barrière…

Jeudi 10 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– La Fondasyon Je Klere (FJKL) prend acte de l’intervention publique du 8 septembre 2020 du Commissaire du Gouvernement a.i près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Gabriel DUCARMEL au cours de laquelle il a fait état d’une évolution positive de l’enquête diligentée autour de ce crime odieux.

La FJKL note avec satisfaction que le Commissaire a informé l’opinion publique sur le fait que trois suspects sont interpellés et que le téléphone et la carte sim du téléphone Portable de Me Monferrier DORVAL sont retrouvés en possession de l’un des suspects.

La FJKL juge nécessaire de signaler à l’attention du Parquet de Port-au-Prince, à ce stade de la  procédure  (stade  des  investigations  policières  sans  que  l’action  publique  ait  été  encore déclenchée), l’enquête autour de l’assassinat crapuleux du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince doit obéir au principe du droit à l’information du public qui est un droit aussi fondamental que la présomption d’innocence dans le cadre de procès attendu par la population en  général.  Il  n’y  a  pas,  en  effet,  violation  du  droit  à  la  présomption  d’innocence  si,  le commissaire du Gouvernement, sans condamner le suspect sans jugement sous les vivats du peuple médiatique, présente au public les individus soupçonnés des faits de la poursuite.

La  FJKL  estime  que  le  droit  du  public  à  l’information  est  bafoué  par  le  Commissaire  du Gouvernement  près  le  Tribunal  de  Première  Instance  de  Port-au-Prince  qui  s’est  gardé  de révéler au public les noms des suspects interpellés et les relations que ces derniers entretiennent avec des secteurs de la société. Pourquoi le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Gabriel DUCARMEL, n’a pas jugé utile d’informer le public si oui ou non les enquêteurs de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sont assistés  dans  leur mission  par  des  experts  internationaux  comme  vivement  demandé par  la population en raison du  climat de   méfiance régnant au niveau des  forces de Police et des autorités judiciaires, climat  né de la comédie : l’enquête se  poursuit?

La FJKL tient à attirer l’attention des autorités policières et judiciaires que le peuple haïtien, dans  ce  dossier,  n’acceptera  aucune  enquête  bâclée,  aucune  parodie  de  justice.  Toutes  les personnes susceptibles d’aider à la manifestation de la vérité, à quelque titre que ce soit, doivent être entendues par les autorités policières et judiciaires. Aucune excuse ne doit être tolérée. Aucune immunité, aucune puissance économique ou politique ne doit se dresser en barrière. Ce que le peuple haïtien veut, c’est un procès juste et équitable, c’est la découverte de la vérité sur le mobile du crime, c’est la condamnation des auteurs, co-auteurs, des intermédiaires et des commanditaires du crime.

La FJKL s’engage à suivre l’évolution de ce dossier jusqu’à son aboutissement dans le cadre d’un procès oral, public et contradictoire respectant les droits des suspects au  même titre que ceux de la société.

%d bloggers like this: