Saturday, October 10, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Au moins deux étudiants blessés dans une manifestation à Port-au-Prince

Tweet Répression policière lors d’une journée de  »vengeance » contre l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire : Les forces de l’ordre ont violemment…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at October 9, 2020 Tags: ,

img

Répression policière lors d’une journée de  »vengeance » contre l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire : Les forces de l’ordre ont violemment réprimé le mouvement des étudiants en recourant à l’usage abusif de gaz lacrymogène. Au moins deux étudiants ont été blessés durant cette opération policière

Vendredi 9 octobre 2020 ((rezonodwes.com))– Des étudiants de diverses entités de l’Université d’État d’Haïti ne se sont faits pas d’illusion.

À l’instar de certains dossiers de bavures policières dont les proches des victimes attendent encore justice et réparation, l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire passera comme une lettre à la poste.

En ce sens, seule une campagne de  »vengeance » pourra soulager la communauté universitaire, estiment-ils. Dans cette logique, la semaine de mobilisation reconvertie  »semaine de vengeance » vise à intensifier la mobilisation et diversifier les actions.

Ce vendredi 8 octobre, ils étaient des centaines d’étudiants supportés par des militants à occuper le macadam pour faire écouter leurs voix.

À la rue Saint-Honoré, ils ont érigé des barricades de pierres et de carcasses de véhicules sur la chaussée pour perturber la circulation. Des automobilistes qui s’aventuraient dans le secteur compris entre la Faculté de Droit et la Faculté d’Éthnologie ont vécu la terreur. Les protestataires en ont profité pour attaquer des véhicules et casser leurs parebrises.

À l’avenue Christophe, un rassemblement d’étudiants de l’Institut national de Gestion et des Hautes Études internationales  (INAGHEI) et de la Faculté des Sciences humaines (FASCH) a réussi à progresser jusqu’à l’avenue Jean Paul II.

Des automobiles ont été pris pour cible, la librairie la Pléiade a essuyé des jets de pierres et la panique a régné dans la zone. Des agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) appuyés par des éléments du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO) ont dispersé la foule en recourant au gaz lacrymogène.

Les étudiants Abdias Alexis et Ralph Pierre Renady ont été blessés à la suite de ces débordements.

Entre-temps, des tentatives de relance se sont heurtées à la vigilance des policiers déterminés à mater le mouvement des étudiants.

Par ailleurs, d’autres entités universitaires privées ont été sollicitées par les étudiants en signe de solidarité au mouvement de  »vengeance »contre l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

%d bloggers like this: