Sunday, October 11, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Assurer l’accès à l’éducation durant la pandémie de COVID 19

Tweet Mercredi 30 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– L’éducation est l’un des droits humains qui est fondamental. C’est un droit qui vise…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at October 1, 2020 Tags: ,

img

Mercredi 30 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–

L’éducation est l’un des droits humains qui est fondamental. C’est un droit qui vise le plein développement de la personnalité humaine, il est protégé et garanti par la Déclaration Universelle des droits de l’homme (art. 26) et la Constitution haïtienne de 1987 (art.32, 32.1, 32.2, 32.3).

A cet égard, Haïti a adhéré à plusieurs instruments internationaux relatifs au droit à l’éducation comme : le forum de Dakar cadre d’action (avril 2000) et les objectifs de développement durable (2015), Education pour Tous (EPT, 2007), Congrès de New York en septembre 2015 et aussi la Déclaration d’Incheon en Corée du Sud la même année. L’éducation est également un puissant agent de changement, améliore la santé et qualité de vie, contribue à la stabilité sociale et est un facteur de croissance économique à long terme. Outre la transmission de la connaissance, l’autre rôle de l’éducation est de forger le caractère et la personnalité des enfants. L’éducation de ces derniers dès le plus jeune âge a une grande influence sur leur personnalité. L’éducation aide cultiver la mentalité des jeunes. Il leur aide à préparer l’avenir. Donc, garantir l’accès à l’éducation devient essentiel. Dans ce contexte, le UNHCR (depuis 2011) lutte pour: (1) promouvoir un environnement juridique efficace en matière d’éducation; (2) améliorer économiquement un accès viable à éducation; (3) identifier différentes options de financement de l’éducation; (4) assurer et soutenir l’éducation à des services accessibles en tenant compte des besoins divers (éducation formelle et non formelle); (5) offrir des bourses pour l’enseignement secondaire et supérieur; (6) augmenter le nombre de bourses universitaires et développer l’accès à des programmes d’enseignement à distance accrédités et; (5) soutenir les écoles communautaires.

En effet, Haïti est le pays de la Caraïbe avec les taux d’analphabétisme les plus élevés. Même si le gouvernement haïtien a pris des mesures pour: (1) garantir l’accès à un système complet et universel l’éducation en augmentant l’offre publique; (2) assurer une gouvernance active et efficace du système éducatif; (3) Développer des stratégies appropriées pour assurer la gratuité totale de l’éducation pour tous d’ici 2020; (3) garantir dès le plus jeune âge l’accès de tous les enfants des technologies de base aux nouvelles et information et communication dans l’éducation et; (4) augmenter les investissements publics afin de assurer une meilleure base pour le processus de développement. En outre, les différents gouvernements / ministres d’éducation ont élaboré la mise en place diverses organisations pour réduire l’analphabétisme (DGEA, ONEC, ONAAC, ONECA, ONEP, BNA) et les Constitutions haïtiennes appelant à la gratuité de l’éducation (1801, 1811, 1816, 1843, 1867, 1874, 1987), réforme Bernard (1979), Plan national d’éducation et de formation (1997), Groupe de travail éducation et formation (2010) le plan opérationnel (2010-2015) et le Plan d’éducation et de formation (2017-2027).

Cependant, aucune de ces mesures n’a été mise en œuvre avec succès jusqu’à présent. Contrairement, la situation devient la pire. Partout au pays, le secteur non public occupe 88% la population scolaire nationale contre 12% du secteur public. Le secteur public reçoit 22,02% de ces élèves contre 77,98% pour le secteur non public (DPCE, 2011). En fait, 23% des les écoles de troisième cycle et les lycées comptent moins de 150 élèves contre 52% dans le privé secteur. Dans ce sous-secteur, on compte 624 095 apprenants, dont 313 932 filles, soit (50,3%) (MENFP, 2017). Ensuite, le manque de réglementation et de qualité de l’éducation conduit à des taux de redoublement et d’abandon élevés. Cette situation alarmante est largement due au manque de qualification des enseignants (dont deux tiers n’ont pas reçu de véritable formation pour enseigner), de mauvaises conditions d’apprentissage (classes surchargées également fournitures scolaires coûteuses) et la non-application des normes et standards pour une éducation de qualité. Tout ceci c’est de préciser qu’en Haïti, la situation de l’éducation est très inconfortable à différents niveaux : Qualité, accès, gouvernance, efficacité interne et externe (inadéquation formation-emploi).

L’environnement rural est le plus fortement touché par ce manque de qualité pédagogique : 91% des écoles fonctionnent sans électricité, 65% sans eau portable. Et 80% des enfants qui abandonnent l’école sont «Suragés». Seulement 68 % des enfants des ménages les plus pauvres sont scolarisés. Ainsi, Haïti est l’un des pays avec le taux de scolarisation les plus bas au monde : 76% au niveau primaire et seulement 22% au niveau secondaire. En outre, 85% des enseignants ne sont pas qualifiés pour l’enseignement primaire. Environ 500 000 enfants âgés de 5 à 18 ne sont pas scolarisés. Pendant les monmentst de crise en Haïti (Protestation populaire, COVID 19) la situation devient le pire.

La pandémie COVID-19 a eu un impact sur le système éducatif haïtien. Les fermetures d’écoles ont eu un impact non seulement sur les étudiants, les enseignants et les familles, mais ces fermetures régulières ont des conséquences sociales. Par exemple, les étudiants et les jeunes diplômés doutent sur leur carrière(savoir-devenir) , des impacts psychosociaux, insécurité alimentaire, absence de soins de santé, non-accès à l’électricité et à internet, problème de garde d’enfants … même si certains gouvernements, écoles et universités adoptent l’enseignement à distance, cela reste un grand défi chez nous en considérant certains aspects: l’école comme espace de socialisation, un manque de fournitures e-learning pour élèves et enseignants, horaire rotatif, santé mentale des élèves pendant cette période, inadaptation pour la majorité des élèves ayant des besoins spéciaux, la qualité de l’évaluation. Par conséquent, la crise du COVID-19 affecte de manière disproportionnée les populations les plus vulnérables, les plus pauvres, les inégalités entre les écoles privées et publiques s’augmentent.

De plus, à la maison, les possibilités d’apprentissage sont limitées et leur présence peut affaiblir situation des parents, contraints de trouver des solutions de prise en charge durables ou de compenser disparition des repas scolaires. Seules certaines écoles privées ont facilité l’enseignement à distance pendant la pandémie COVID 19. Jusqu’à présent, 70% des écoles publiques sont fermées, ce qui signifie plus de trois millions d’enfants n’ont pas pu commencer ou poursuivre leurs études. Enseignants des lycées publics ne reçoivent pas leur salaire. En revanche, la population étudiante ne reçoit pas instruction. Depuis mi-août 2020, les étudiants de l’Université d’État d’Haïti, les étudiants du primaire et les écoles secondaires procèdent par des semaines de protestation pour exprimer leur frustration auprès du Gouvernement haïtien. En conséquence, les pertes de capital humain pourraient s’aggraver et l’accès à des les opportunités seront réduites. Mais, jusqu’à quand nous parvenons à des solutions durables et opérationnelles ? Qu’en est-il de l’avenir des futures générations ? Peut-on élaborer un cadre légal justifiant que l’éducation n’est plus importante pour les générations futures ? N’y a-t-il des plans d’action en matière d’éducation ou n’est-ce pas une priorité d’un groupuscule au détriment des couches les plus vulnérables ?

II-Cadre Opérationnel

Reconnaissant que la protection des écoles et l’accès à l’éducation dans les situations d’urgence doivent rester une priorité essentielle pour la communauté internationale (UNICEF, UNESCO, UNHRC) et tous les pays membres des Nations Unies,

Affirmant le Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour une éducation de qualité et une réduction des inégalités – ne laisser personne de côté et donner la même chance à tous les enfants de tous les pays,

Ayant à l’esprit l’objectif de développement durable 4 (ODD 4) du Programme 2030 qui vise à garantir une éducation de qualité inclusive et équitable et à promouvoir des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous,

Considérant également que, dans les situations de crise humanitaire (COVID 19), sociale et politique, l’éducation, entre autres facteurs, pourrait jouer un rôle important en contribuant à la préparation et à la promotion du capital humain, et en tant qu’outil de développement durable de toutes les sociétés,

Soulignant la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1951), la Convention relative au statut des réfugiés, la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre du 12 août 1949, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, la Convention relative aux droits de l’enfant et la Convention relative aux droits des personnes handicapées, et toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies relatives à la droit à l’éducation dans les situations d’urgence,

Se félicitant des efforts déployés dans le passé par divers organes des Nations Unies et organisations non gouvernementales,

Rien avec une profonde inquiétude que le COVID-19 ait un impact sur l’éducation des enfants et des jeunes dans le monde, perturbant près de 1,6 milliard d’enfants et de jeunes en raison de la fermeture totale ou partielle des écoles par les gouvernements dans le but de contenir la propagation du virus. Cette crise a provoqué la plus grande perturbation des systèmes scolaires de l’histoire du monde, s’ajoutant aux problèmes d’accès à l’éducation qui existaient auparavant dans d’autres pays,

Réaffirmant l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui stipule que tout enfant a le droit d’accéder à l’éducation, sans faire de discrimination sur les sexes, les couleurs de peau, les cultures et les autres,

Reconnaissant l’importance d’un accès sûr et fiable à une éducation de qualité au milieu de la pandémie,

Recherchant des améliorations globales dans tous les aspects des droits de l’homme et des engagements du gouvernement local et national pour fournir une éducation inclusive, éliminer la pauvreté, la violence et la discrimination auxquelles sont confrontés les enfants et les jeunes les plus vulnérables, pour soutenir l’apprentissage continu des enfants, prendre en considération les besoins des enfants les plus pauvres et les plus marginalisés,

Tenant compte de l’absence de lois et de politiques publiques pour garantir aux enfants un accès adéquat à l’éducation pendant cette pandémie mondiale ;

Réaffirmant le suivi des résultats du Sommet du Millénaire sur le droit à l’éducation en cas d’urgence (Bénin, Bosnie-Herzégovine, Chili, Costa Rica, Géorgie, Guatemala, Jordanie, Nicaragua, Norvège, Portugal et Qatar), 2010.

Considérant tous les plans (la réforme éducative haïtienne de 1979, Plan National de l’éducation et de la formation 1997, plan opérationnel 2010-2015, plan décennal d’éducation et de formation, 2017-2027) qui ont été élaborés par le Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle,

Compte tenu également des situations de fonctionnement des écoles publiques et privées, la philosophie du programme Education pour tous, les disparités, les inégalités entre les étudiants population urbaine et rurale, le manque de régulation et de gouvernance du système haïtien concernant l’accès à l’éducation,

Nous proposons les recommandations suivantes :

1 L’UNICEF, l’UNESCO et le CDH soutiennent tous les programmes liés à l’accès à l’éducation à travers le monde, pour répondre spécifiquement aux besoins sexospécifiques des filles dans les situations d’urgence (Par exemple COVID 19), y compris leur vulnérabilité accrue à la violence sexiste, les apprenants avec des besoins spéciaux ;

2 Transformer positivement les établissements d’enseignement publics et privés: (i) Pensez aux programme académique, nous pourrions encourager la promotion de la durabilité, une bonne gouvernance éducative , cohésion efficace et promotion du capital humain, confluence et respect à tous les niveaux du système éducatif; (ii) Élaborer de nouvelles stratégies qui prennent en compte les dimensions de accès à l’éducation: mesures d’attention à la diversité, adaptation à un système inclusif (exemple COVID 19 Pandémie), modifications du curriculum, formation pédagogique, connaissance du handicap, connaissance de l’inclusion et de l’intégration des étudiants.

3.Elaborer/renforcer et coordonner des partenariats entre les gouvernements, les secteurs public et privé de l’éducation : (i) Construire au moins un lycée dans chaque commune, en particulier dans le environnement; (ii) Penser à de nouvelles perspectives sur l’environnement d’apprentissage, l’enseignement et compétences (iii) Le ministère de l’Éducation, les directeurs d’école, les enseignants et les chefs d’établissement jouent un rôle central en élaborant une Co-vision, un encadrement de qualité, embaucher des spécialistes externes et conception d’une carte scolaire en fonction des besoins des étudiants comme un outil d’administration pédagogique très utile.

  1. Fournir aux écoles des équipements technologiques pour l’enseignement à distance: (i) numérique les plateformes offrent aux étudiants la possibilité de continuer à apprendre, de participer et de rester en contact avec leurs amis; (ii) Aider les étudiants à savoir comment ils travaillent, ce dont ils doivent être conscients, et à quoi ressemble le comportement approprié sur les plates-formes qu’ils utilisent, comme les appels vidéo, le Web conférence; (iii) Enseigner et apprendre avec des plates-formes asynchrones et synchrones des avantages significatifs lorsque ces méthodes sont regroupées en un enseignement en face à face.
    5.Définir de nouvelles stratégies pour assurer une allocation permanente d’enfants ayant des besoins spéciaux (handicapés physiques) malgré leurs défis tels que (dyslexie, paralysie cérébrale, autisme, sourd, muet, etc.) dans les classes ordinaires ou en e-learning.

6.Coopérer et élaborer de nouvelles politiques pour l’éducation spéciale pour les adultes et les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage en raison de leur déficience visuelle, physique, le handicap, l’inadaptation sociale …

  1. Soutenir les efforts des pays en développement pour faire en sorte que tous les enfants aient accès et achever un enseignement primaire gratuit et obligatoire de bonne qualité, pour éliminer les inégalités entre les sexes déséquilibres et à redoubler d’efforts pour améliorer l’éducation des filles et continuer à soutenir les efforts des pays en développement dans la mise en œuvre de l’initiative de l’Éducation pour tous (EPT), y compris avec des ressources améliorées de tous types grâce à l’ initiative de l’Education pour tous à l’appui des plans nationaux d’éducation dirigés par les pays, et exhorte les donateurs à honorer leurs contributions annoncées;
  2. Fournir une éducation de qualité dans les situations d’urgence, sensible au genre, centrée sur apprenants, fondée sur les droits, protecteurs, adaptables, inclusifs, participatifs et reflétant les spécificités conditions de vie des enfants et des jeunes et qui tient dûment compte, le cas échéant, de leur et l’identité culturelle, sachant qu’une éducation de qualité peut favoriser la tolérance et la compréhension mutuelle et le respect des droits humains d’autrui.

9.Soutenir l’apprentissage et le partage des connaissances par le biais de ressources éducatives ouvertes – matériels de tout format et support qui résident dans le domaine public ou sous une licence ouverte permettant un accès gratuit, la réutilisation, la réutilisation, l’adaptation et redistribution par d’autres. De plus, d’autres pays et ONG doivent fournir aux enfants une connectivité de tablettes et un contenu approprié téléchargé pour soutenir l’apprentissage hors de l’école. En outre, chaque pays doit réaliser et fournir à chaque étudiant des sites Web éducatifs à taux zéro et rendre les applications éducatives disponibles hors ligne ;

10.Encourager les partenariats éducatifs public-privé pour réduire l’écart et pour garantir que ces compétences restent une priorité pour tous les élèves, la résilience doit également être intégrée à nos systèmes éducatifs.

11.Promouvoir la campagne sociale pour tous les pays du monde qui soutiennent l’assignation de contre l’ère de la pandémie, en raison du fait que nos alliés deviennent le statut correct pour mettre fin à la propagation de la pandémie Covid-19 avec toute proposition telle que se laver les mains, porter un masque, maintenez la distance sociale autour d’un mètre pour chaque personne.

  1. Elaborer des documents des médias qui doivent être utilisés pour expliquer le renforcement de l’obligation de l’UNICEF de montrer l’importance de l’événement qui a changé en raison de la crise pandémique. Les médias rassembleront les initiatives radiophoniques, la promotion de la télévision, les titres des journaux et la masse des installations électronique.
  2. Répondre aux besoins en matière d’éducation de tous les enfants du monde en moyenne, tant dans les villages que dans les villes, en améliorant les conditions psychologiques et mentales des enfants réfugiés. Après cela, le gouvernement a fait appel à des volontaires dans le secteur de l’éducation pour assurer la formation et l’éducation. Si possible, l’apprentissage en face-à-face est meilleur, mais doit toujours répondre aux exigences du protocole de santé pour offrir une éducation en face à face, ce qui facilite les choses.

Somme toute, si aller à l’école est dans la plupart des pays un acte banal, c’est encore un parcours impossible pour plus de 57 millions d’enfants. Ainsi près de 250 millions d’enfants ressortent de l’école sans maîtriser les compétences de base : à savoir lire, écrire, compter. Le concept d’éducation pour tous (E.P.T.) n’est pas sans ambiguïtés. Il y a des pays qui préconisent une vision réduite de cette politique éducative. Tantôt on parle de l’accès à l’éducation fondamentale ; d’autres y incluent le premier cycle de l’enseignement secondaire ; d’autres y incluent l’éducation pré-primaire, d’autres enfin y incluent l’alphabétisation des adultes. Cette multiplicité de conceptions rend difficile toute démarche d’évaluation. La définition pragmatique qui tend à l’emporter aujourd’hui s’en tient à une éducation primaire pour tous. Jusqu’à présent aucun indicateur n’a pas montré cette pensée de scolarisation universelle pour tous en Haïti. Alors, n’est-elle une utopie ?

Audyl CORGELAS
Représentant d’Haïti au Conseil de l’UNICEF au Model of United Nations (MUN), Indonésie (Jakarta, 2020)
Licencié en Sciences de l’Education à L’Université Quisqueya
Certifié en Leadership (4ans), Informatique (2ans) & Anglais (3ans) à HELP ;
Master’s in educational leadership and Management of Educational system, AIU-USA (Encours)
Passionné de la formation des Jeunes et Adultes/Ecrivain
Contacts : 3427 4085/4226 0468 /corgelasaudyl@gmail.com

III-References

  1. Resolutions 46/182, 59/113 A and B, 63/241, 64/145, 64/146 and other General
    Assembly resolutions on the rights of the child, the strengthening of the coordination of
    emergency humanitarian assistance and international cooperation on humanitarian assistance in
    the field of natural disasters.
  2. Security Council resolutions 1325 (2000), 1612 (2005), 1674 (2006), 1882 (2009), 1888
    (2009), 1889 (2009) and 1894 (2009); and Human Rights Council resolutions 8/4 and 11/6.
  3. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, Final Report of the
    World Education Forum, Dakar, Senegal, 26-28 April 2000 (Paris, 2000).
  4. United Nations, Treaty Series, vol. 2187, No. 38544.
  5. Official Records of the General Assembly, Sixty-third Session, Supplement No. 53
    (A/63/53), chap. I, resolution 6/24.
    6.Joe Hallgarten (2020) Evidence on efforts to mitigate the negative educational impact of
    past disease outbreaks Education Development Trust 31 March 2020. Online
    at:https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/793_mitigating_education_effects_of_di
    sease_outbreaks.pdf Visited on September 15th, 2020.
    7.Michaela Martin and Uliana Furiv (2020). Flexible learning during Covid-19: how to
    ensure quality higher education at a distance. Online at:
    https://gemreportunesco.wordpress.com/2020/05/07/flexible-learning-during-covid-19-
    how-to-
    ensure-quality-higher-education-at-a-distance/ Visited on September 15th, 2020.
    8.Global Company of education (GCE,2020). Education during and post COVID-19: The
    role of civil society.
  6. Ministry of Economy and Finance (MEF) and the Haitian Institute of Statistics and
    Informatics (IHSI) in 2005 on living conditions in Haiti.
  7. Education and Training Working Group (2010). For a National Pact for Education in
    Haiti.
  8. Plan operational 2010-2015, Haitian National Education Ministry (MENFP).
  9. MENFP: Ministry of National Education and Vocational Training DPCE: Department
    of Planning and External Cooperation.
  10. UNHCR (2011). Ensuring Access to Education Operational Guidance on Refugee
    Protection and Solutions in Urban Areas.

%d bloggers like this: